Les pasteurs rassemblentleurs fidèles sur la Toile

Publié

Les pasteurs rassemblentleurs fidèles sur la Toile

Les croyants américains échangent désormais leur adresse Facebook à l’issue des offices qui ont lieu en ligne.

Si les églises ont tendance à se vider, le web est devenu un lieu à part entière pour pouvoir développer une communauté religieuse. Certaines églises américaines jouent ainsi à fond sur l’interactivité, à l’exemple de celle de Flamingo Road, en Floride.

Sur son site web, en suivant l’office, on a l’occasion d’«accepter le Christ comme son sauveur». Il suffit de cliquer sur un onglet. «L’objectif n’est pas que les gens restent à la maison et se contentent de regarder ce qui se passe, mais qu’ils en fassent partie. Qu’ils participent», explique son pasteur Internet Brian Vasil.

«Nous vivons à une époque où on fait tout en ligne: étudier, payer, rencontrer et plein d’autres choses. Alors pourquoi ne pas créer une plate-forme pour aller à l’église en ligne», argumente Kurt Ervin, actif dans la Central Christian Church du Nevada. Sur le site, on peut suivre le dernier sermon enregistré, complété de messages publiés en temps réel par les internautes. Des volontaires se chargent de bloquer les messages inappropriés.

Grâce à Facebook, les portraits des croyants s’affichent en parallèle à la diffusion de la cérémonie. En Indiana, la Granger Community Church invite ses visiteurs à prendre place dans un auditorium virtuel. Les adeptes peuvent cliquer sur les sièges voisins pour échanger des adresses Facebook et Twitter.En Caroline du Sud, les fidèles de la Seacoast Church peuvent se repentir en écrivant en privé leurs péchés sur une croix.

Ton opinion