Policiers tués en Allemagne – Les patrouilles «informées» du double meurtre
Publié

Policiers tués en AllemagneLes patrouilles «informées» du double meurtre

LUXEMBOURG/KUSEL - Deux policiers allemands ont été abattus à une centaine de kilomètres du Luxembourg. Les deux auteurs présumés ont été arrêtés.

Le drame s'est déroulé à Kusel, dans une zone rurale et boisée.

Le drame s'est déroulé à Kusel, dans une zone rurale et boisée.

AFP/Wolfgang Steil

«Une exécution». C'est dans ces termes que les autorités politiques allemandes ont verbalisé l'inexplicable. Tard dans la nuit, aux alentours de 4 heures du matin, deux policiers allemands, une agente de 24 ans en formation et un homme de 29 ans, ont été abattus lors d'un contrôle routier, sur une route de campagne, près de Kusel, une commune située non loin de Kaiserslautern, dans l’État régional de Rhénanie-Palatinat.

Considérant la centaine de kilomètres qui sépare les lieux du crime du Luxembourg, mais également la proximité de la frontière française, une fuite des meurtriers dans un pays voisin n'était pas à exclure. Interrogée par L'essentiel en début d'après-midi, la police grand-ducale a expliqué n’avoir reçu aucune requête officielle de l'Allemagne «en raison du manque d'informations sur les auteurs».

En milieu d'après-midi, la police de Kaiserslautern a partagé l’identité et la photo du principal suspect. Andreas Johannes Schmitt, 38 ans, originaire de Spiesen-Elversberg (Sarre) a finalement été arrêté à Sulzbach, près de Sarrebruck, à environ 75 kilomètres de la frontière luxembourgeoise. «Son interrogatoire doit maintenant permettre de déterminer s'il y a d'autres suspects, la chasse à l'homme se poursuit», a indiqué un porte-parole de la police allemande. L'annonce d'une deuxième arrestation a suivi, quelques minutes plus tard.

Du côté des autorités luxembourgeoises, la cavale n'a pas été prise à la légère, bien au contraire: «Nous avons informé toutes les patrouilles qui sont sur le terrain», glissait la police, précisant que la collaboration avec les autorités allemandes se faisait automatiquement «en cas de besoin».

La police a dit ignorer les motivations des tueurs. Selon le site Internet du quotidien Bild, les policiers ont été tués de balles dans la tête par des braconniers. Ils ont envoyé un message radio peu avant d'être abattus indiquant qu'ils avaient arrêté un véhicule suspect transportant du gibier mort dans le coffre.

(Thomas Holzer/L'essentiel avec AFP)

Ton opinion