Les pirates sont de gros acheteurs de musique

Publié

Les pirates sont de gros acheteurs de musique

Selon un sondage britannique, les personnes avouant télécharger illégalement leurs morceaux en ligne déboursent plus d'argent que ceux qui se les procurent légalement.

Selon une étude britannique, les adeptes du piratage musical dépensent 36 euros de plus que ceux qui achetent leurs cd en magasin.

Selon une étude britannique, les adeptes du piratage musical dépensent 36 euros de plus que ceux qui achetent leurs cd en magasin.

afp

Les résultats d’un récent sondage mené en Grande-Bretagne, suggèrent que le plans du ministre du commerce, Peter Mandelson, de sévir contre les adeptes du téléchargement illégal, en leur coupant leur connexion Internet, risquent de porter préjudice à l'industrie de la musique.

Mené sur un échantillon de 1 000 participants britanniques ayant un accès à Internet et âgés entre 16 et 50 ans, l'étude montre que les personnes qui ont admis procéder au téléchargement illégal de musique en ligne ont dépensé en moyenne 77 livres (85 euros) par an, soit 33 livres (36 euros) de plus que les personnes déclarant ne s'être jamais procuré de la musique de manière illégale, rapporte le quotidien The Independent dans son édition de dimanche.

Violation des droits d'auteurs estimée à 221 millions d'euros

«Les personnes qui partagent de la musique en ligne sont ceux qui s’intéressent à la musique», a expliqué Mark Mulligan, de Forrester Research. «Ils utilisent le partage de musique comme un moyen de découverte.»

L’association commerciale de l’industrie du disque, la British Phonographic Industry estime que cette violation de droits d’auteur coûtera la bagatelle de 200 millions de livres (plus de 221 millions d'euros) cette année.

lessentiel.lu avec man

Le projet de loi sur l’économie numérique, qui devrait devenir effectif en avril prochain, prévoit de nouvelles mesures pour contrer le piratage en ligne en instaurant la coupure d’accès en dernier recours. Mais les fournisseurs d’accès à Internet rechignent déjà à mettre en place de telles dispositions répressives, en affirmant qu’elles seront difficiles à appliquer.

Les artistes sont également partagés sur la question. Lily Allen et James Blunt ont soutenu la position du gouvernement, tandis que Shakira a fait savoir que le partage de musique en ligne la rapproche de ses fans, indique The Independent.

Ton opinion