Au Luxembourg – Les prestations familiales seront à nouveau adaptées

Publié

Au LuxembourgLes prestations familiales seront à nouveau adaptées

LUXEMBOURG - Comme avant 2006, les prestations familiales vont être adaptées à l'évolution du salaire médian dès 2018. Corinne Cahen et Claude Meisch l'ont annoncé ce jeudi.

Le mécanisme d'indexation des prestations familiales, abandonné en 2006, va faire son retour.

Le mécanisme d'indexation des prestations familiales, abandonné en 2006, va faire son retour.

DR

Les prestations familiales seront à nouveau adaptées à l'évolution du salaire médian, ont annoncé ce jeudi Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l'Intégration, et Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse. L'adaptation se fera tous les deux ans sur la base d'un calcul entre l'évolution du salaire médian du pays et l'évolution des prestations familiales en espèces et en nature. La première adaptation aura lieu en 2018 et devrait représenter un coût de 29 millions d'euros pour l'État.

«Nous voulons dire aux familles que leurs prestations ne sont pas figées. Si l'on constate un écart avec le salaire médian, alors les enfants recevront plus de prestations en espèces et/ou en nature», souligne Corinne Cahen. Les prestations familiales en nature concernent par exemple les tarifs dans les maisons relais ou en crèche. Le mécanisme d'adaptation des prestations familiales avait été abandonné en 2006 par le gouvernement Juncker, qui souhaitait alors «créer les marges budgétaires suffisantes pour financer les nouvelles priorités dans le domaine de la politique familiale».

Accord en 2014

Dès 2012 pourtant, la Chambre des salariés avait estimé que les prestations familiales, après cinq tranches indiciaires, auraient été de 13,1% supérieures à leur montant figé en 2005 si elles avaient continué à être adaptées. Quand au boni, la somme mensuelle de 76,88 euros n'a jamais été réévaluée, rappelait de son côté l'OGBL.

Le retour à une adaptation des prestations familiales avait été enclenché en novembre 2014 après un accord sur la question entre le gouvernement et les organisations syndicales. Un accord qui n'avait pourtant pas été inscrit dans le projet de loi initial de la réforme mais qui a a été confirmé ce jeudi. «Nous souhaitons mettre en place un mécanisme flexible qui tiendra la route pour 20 ou 30 ans», a confié pour sa part Claude Meisch.

Les prestations familiales profitaient, fin 2014, selon les chiffres officiels, à 185 880 enfants issus de 108 094 familles. Parmi eux, 115 692 enfants résidents et 70 188 non-résidents.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Ton opinion