Luxembourg: Les prix des carburants vont-ils continuer de baisser?

Publié

LuxembourgLes prix des carburants vont-ils continuer de baisser?

LUXEMBOURG – Les prix de l'essence et du diesel diminuent au Luxembourg depuis le début du mois d'août. Cette dynamique va-t-elle se poursuivre? Comment s'explique-t-elle?

par
Thomas Holzer et Pascal Piatkowski
Les prix des carburants sont bien moins élevés qu'au mois de juin.

Les prix des carburants sont bien moins élevés qu'au mois de juin.

Vincent Lescaut

Des records à la pompe et des dépenses en carburants qui n'ont cessé de grimper au fil des semaines. Depuis le début du printemps, l'inflation des prix de l'essence et du diesel a constitué une perte de pouvoir d'achat importante pour les consommateurs. La dynamique semble toutefois s'être inversée au mois d'août avec une succession de baisses des prix des carburants.

À 1,687 euro le litre, le diesel n'avait pas été aussi «peu cher» depuis le 9 avril dernier. Quant au sans plomb 95, il faut remonter au 2 mars pour retrouver un prix équivalent au 1,598 euro le litre, actuellement en vigueur. À l'époque, la guerre en Ukraine venait de débuter et les observateurs promettaient de sérieux tumultes en matière de coûts de l'énergie.

Cette évolution signifie-t-elle une inversion pérenne de la courbe? «Impossible de faire des prédictions», répond Jean-Marc Zahlen, secrétaire général du Groupement Pétrolier Luxembourgeois (GPL), signifiant que le déroulement du conflit en Ukraine sera décisif. Comme toujours, les prix des carburants au Luxembourg sont directement liés au contexte géopolitique.

Nouveaux flux et hausse de la production

Ces mêmes facteurs internationaux expliquent les baisses enregistrées au cours des derniers jours: «C’est avant tout le résultat de la baisse des cotations des produits ex-raffinerie», répond M. Zahlen. Explications à cela, les acteurs ont trouvé «de nouveaux flux» depuis l'embargo sur le pétrole russe. «Les transporteurs se sont réorganisés en matière de distribution, même si l'établissement de ces flux a pris du temps», précise-t-il.

Une évolution de la logique financière également avec «moins d'anticipation sur le marché» mais également des changements en matière de production. La résolution des pays de l'OPEP de légèrement augmenter les quantités produites a porté ses fruits. Les récentes rencontres entre dirigeants occidentaux et leaders des pays du Golfe ont pu influer sur cette décision, même si d'aucuns regrettent une hausse très limitée des quantités de brut promises pour le marché mondial.

«Il est très difficile d'isoler l'impact de tous ces facteurs», indique encore Jean-Marc Zahlen. Rappelons par ailleurs que le rabais de 7,5 centimes par litre de carburant décidé par le gouvernement a été prolongé pour le mois d'août. Mais il ne sera pas renouvelé à la rentrée.

Ton opinion

17 commentaires