Horesca: Les prix gonflent dans les restaurants du Luxembourg
Publié

HorescaLes prix gonflent dans les restaurants du Luxembourg

Les affaires reprennent dans l'horeca. Les patrons de restaurants, bars et hôtels oscillent entre doutes et espoirs.

par
Jean-François Colin
La pénurie de main-d'œuvre dans l'horeca pourrait s'élever à 2 000 personnes en fin d'année.

La pénurie de main-d'œuvre dans l'horeca pourrait s'élever à 2 000 personnes en fin d'année.

«Ce sera un gâteau au goût sucré avant tout!». Conscient des défis à relever, François Koepp, secrétaire général de la Fédération Horesca (hôtels, cafés, restaurants), se veut optimiste au moment de souffler les 50 bougies de l'institution. «Les affaires reprennent. Hôtels et restaurants affichent à nouveau complet, tout comme les formations en horeca. On ne tardera pas à retrouver notre vitesse de croisière d'avant-Covid»

Et pourtant, le secrétaire général demeure conscient des problèmes actuels du secteur, «à commencer par la pénurie de main-d'œuvre, qui se chiffre entre 800 et 1200 personnes actuellement». Jean-Yves Sebille, patron de l'hôtel-restaurant Threeland à Pétange, opine, ajoutant que «ce déséquilibre entre offre et demande gonfle les coûts salariaux».

«Nous allons devoir innover sur les produits»

Le même estime «à 15% l'impact de la hausse des denrées, singulièrement viande, poisson et légumes». Pour François Koepp, «la répercussion sur la facture du client est de l'ordre de 5 à 6%». Et, complète le patron du Threeland, «cela ne va pas changer, c'est nous qui allons devoir changer nos méthodes, en innovant sur les produits».

Si l'on y adjoint la hausse des coûts de l'énergie («+45% depuis mars!»), Jean-Yves Sebille conclut qu'«on joue sur un fil bien tendu», tout en notant, comme François Koepp, que «l'activité est bien repartie»

Ton opinion

66 commentaires