Alimentaire au Luxembourg – Les pros s'adaptent à la fin du colorant E171
Publié

Alimentaire au LuxembourgLes pros s'adaptent à la fin du colorant E171

LUXEMBOURG - Le colorant E171, jugé nocif, ne pourra plus être utilisé dans la préparation de denrées alimentaires dès le 7 février. Les professionnels s'adaptent.

Signalé sur les étiquettes par TiO2 ou E171, il sert principalement de colorant pour blanchir ou intensifier la brillance des produits alimentaires.

Signalé sur les étiquettes par TiO2 ou E171, il sert principalement de colorant pour blanchir ou intensifier la brillance des produits alimentaires.

Vincent Lescaut

Le dioxyde de titane, ou E171, colorant controversé, ne pourra plus être utilisé dans la fabrication de denrées alimentaires à compter du 7 février dans l'ensemble de l'Union européenne, avec une phase de transition de six mois. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) considère depuis mai 2021 que l'E171 ne peut plus être jugé comme «sûr» en tant qu'additif alimentaire, et ne peut pas exclure sa «génotoxicité», c'est-à-dire sa capacité à endommager l'ADN via les nanoparticules qu'il contient. «Après une ingestion orale, l'absorption des particules de dioxyde de titane est faible, mais elles peuvent s'accumuler dans l'organisme», selon l'EFSA.

Signalé sur les étiquettes par TiO2 ou E171, il sert principalement de colorant pour blanchir ou intensifier la brillance des produits alimentaires. Il est utilisé entre autres dans les confiseries, chewing-gums, pâtisseries, soupes, plats cuisinés... Face à cette interdiction prochaine, les professionnels au Luxembourg doivent s'organiser.

«Les impressions sont un peu moins blanches»

«Il était utilisé principalement en pâtisserie. Quand on a fait les chocolats avec le nouveau logo, la communication avait prévu qu'il soit en blanc en utilisant le dioxyde de titane. Mais le département qualité a refusé. Cela fait plusieurs années que le département a retiré ce colorant et alerté la direction sur sa dangerosité présumée», indique Véronique Behin, chargée de la communication du groupe Steffen.

Rick Hotschnig, à la tête de De Schnékert Traiteur rappelle que l'interdiction est connue depuis plus ou moins deux ans, laissant du temps pour s'adapter. «Les impressions sur le chocolat sont un peu moins blanches que dans le passé. Même chose pour le glaçage des éclairs», explique-t-il. Chez Oberweis, le E171 a été remplacé par «des produits naturels. On utilise du chocolat blanc, le plus blanc qu'on puisse trouver. Il n'y a pas de problèmes que des solutions, lance Jeff Oberweis, le CEO. Il faut se familiariser à nouveau avec des produits moins blancs, des couleurs moins vives».

Chez Kaempff-Kohler, le dioxyde de titane est utilisé «uniquement pour nos macarons blancs à la vanille. Pour l'instant nos fournisseurs n'ont pas d'alternative et si après les six mois pour la transition ils n'ont rien trouvé, on va abandonner le macaron à la vanille ou changer la nuance de blanc», indique Christian Kaempff, le directeur.

(L'essentiel/Nicolas Chauty et Marion Mellinger)

Ton opinion