Témoignages à Luxembourg – Les prostituées ont peur depuis le meurtre de Flori

Publié

Témoignages à LuxembourgLes prostituées ont peur depuis le meurtre de Flori

LUXEMBOURG - La mort par balle d'une prostituée de Hollerich, dont le corps a été retrouvé près de Strassen, crée l'angoisse dans le quartier. Et ses collègues sont choquées.

Au coin de la rue du Fort Wedell, et de la rue de Hollerich, dans la capitale. C'est là que Flori, 27 ans, a été vue pour la dernière fois dimanche dernier, vers 22h. Un endroit que Katarina* «évite à tout prix» depuis la découverte du corps de la prostituée roumaine, lundi matin, au Freiheetsbaam, entre Bridel et Strassen. «Il y a peut-être des fous, mais je ne pensais pas qu'on pouvait rencontrer des criminels», dit la jeune femme, qui évoque une possible mauvaise rencontre avec un client ou «un éventuel différend avec le proxénète».

Aux alentours de la rue de Hollerich, toutes connaissent Flori, mais personne ne se risque à détailler un scénario meurtrier. «Je ne sais pas, je n'étais pas avec elle dimanche soir, mais cela aurait pu être le cas. Qui sait ce qu'il me serait arrivé?», s'interroge Maria*. Décrite comme «calme et pleine de gentillesse» par Ivana*, Flori travaillait depuis près de trois ans entre la rue de Hollerich et la rue de Strasbourg, «seulement la nuit».

Historiquement connu comme un haut lieu de la prostitution, le quartier proche de la gare est très fréquenté des filles venues de Roumanie. Depuis la mort brutale de leur camarade, les jeunes femmes vivent dans l'angoisse. Assez pour «quitter le pays avant la fin de la semaine», annonce Ivana. «C'est logique d'avoir peur. Tu peux monter avec un client et ne pas être certaine de revenir vivante», conclut Maria.

*Les prénoms ont été modifiés

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion