Grande-Régio – Les réseaux EURES sont en mal de subsides européens

Publié

Grande-RégioLes réseaux EURES sont en mal de subsides européens

Le réseau EURES, qui
conseille les travailleurs
frontaliers, a de plus en plus de mal à financer ses services.

Les services du réseau EURES sont synonymes de conseils sur l'emploi, brochures ou salons de recrutement pour les 200 000 frontaliers travaillant entre le Luxembourg, la Wallonie, la Lorraine, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat. Mais les deux structures du réseau EURES de la Grande Région ont du mal à boucler leur budget. «De plus en plus de projets sont refusés sans qu'on en connaisse la raison», constate Nico Clément, de l'OGBL.

Le syndicat est l'un des dix-huit membres de ce réseau dans la Grande Région qui bénéficiait, il y a six ans, de 600 000 euros de subsides européens. 300 000 euros ont été versés cette année. La faute au nombre grandissant de réseaux EURES en Europe qui doivent se partager les 15millions d'euros de budget annuel. Dès 2013, les projets de la Grande Région risquent d'ailleurs de ne plus bénéficier d'aucune aide européenne. Les différents structures font désormais appel à d'autres moyens afin d'assurer en partie leurs projets. Ainsi, les services publics du type Adem, Pôle emploi ou Arbeitsagentur financent par exemple un salon de recrutement ou un conseiller de placement. Mais les moyens pour payer un conseiller en droit social sont dur à trouver.

Sarah Brock

Ton opinion