Guerre - Les réseaux sociaux sont devenus acteurs des conflits

Publié

Guerre Les réseaux sociaux sont devenus acteurs des conflits

La guerre en Ukraine montre à quel point les réseaux sociaux se sont imposés comme un terrain majeur des conflits, et un outil essentiel des opposants politiques.

Zhytomyr, Ukraine, le 4  mars dernier.

Zhytomyr, Ukraine, le 4  mars dernier.

REUTERS

Des printemps arabes à la Birmanie, les autorités ont appris à se servir des réseaux sociaux à leur avantage. C’est aussi bien sûr un outil pour les opposants mais aussi pour la population en souffrance. Depuis l’invasion russe en Ukraine, le gouvernement de Kiev utilise abondamment les plateformes pour relayer des atrocités commises, appeler à l’aide ou aux sanctions, et même faire de l’humour. «Nous n’avons jamais pu créer des multinationales comme (les chaînes) RT ou Sputnik chez les Russes», souligne Yarema Dukh, ancien conseiller en communication ukrainien, qui a créé le compte Twitter officiel du gouvernement en 2016.

La population n’est pas en reste: de jeunes Ukrainiens racontent la vie sous les bombes sur TikTok, des ONG récoltent des dons en cryptomonnaies sur Telegram... En face, la Russie a quasiment réduit à néant la liberté d’expression en ligne, notamment en bloquant Facebook et restreignant Twitter.

En 2011, les deux réseaux étaient encore loin des géants omniprésents qu’ils sont devenus, mais certains exploraient leur potentiel. «Nous devions nous battre pour creuser notre place à la marge», raconte Hossam El-Hamalawy, un militant égyptien qui vit désormais à Berlin. Mais «je savais que ce que j’écrivais sur Twitter serait repris (par les médias)».  Il a pris part aux printemps arabes, qui ont ensuite été surnommés les «révolutions Facebook», même si le rôle exact de la plateforme reste débattu.

AFP

«Extrêmement naïf» 

En Ukraine, c’est en 2014 qu’un journaliste découvre le pouvoir du réseau, grâce à un message où il promet d’organiser un rassemblement anti-gouvernement s’il reçoit 1 000 réponses. La manifestation lancée place Maïdan, à Kiev, a marqué le début d’un soulèvement pro-européen qui a renversé le gouvernement pro-russe et aussi propulsé Facebook comme premier réseau social dans le pays. À l’époque, l’image de la plateforme n’était pas encore ternie. Mark Zuckerberg, son fondateur, écrivait en 2012 que son entreprise ne s’intéressait pas aux profits et voulait aider les acteurs du changement social. Selon la journaliste birmane Thin Lei Win, en 2012, Facebook est «devenu l’Internet» en Birmanie. «Tout était sur Facebook et tout le monde partageait tout», a-t-elle dit à l’AFP.

Y compris des messages incendiaires et de la désinformation qui ont alimenté des violences contre les Rohingyas, la minorité musulmane. En 2018, la rapporteuse spéciale de l’ONU Yanghee Lee qualifiait le réseau de «monstre» et l’accusait d’inciter à la haine raciale. En Egypte aussi, les militants font face à une certaine désillusion.  «J’ai été extrêmement naïf de croire que c’était des outils de libération», a déclaré le militant Wael Ghonim lors d’une interview sur la chaîne américaine PBS en 2018. Ses messages sur Facebook avaient aidé à galvaniser le mouvement, mais il était devenu une cible de la désinformation.

En Ukraine, Yarema Dukh, alors nouvelle recrue du gouvernement, s’est rapidement retrouvé à se battre contre les campagnes de manipulation menées par les fermes de trolls russes, aussi actives pour semer la discorde en Europe et aux Etats-Unis.

AFP

Inspection des téléphones 

Les militants de pays des printemps arabes se plaignent aujourd’hui que les plateformes servent désormais surtout aux autorités. Un groupe d’ONG a écrit une lettre ouverte à Facebook, Twitter et YouTube l’année dernière, leur reprochant de soutenir la répression en fermant systématiquement les comptes de dissidents dans la région. En Birmanie, les opposants à la junte militaire qui a pris le pouvoir début 2021 se retrouvent sur les réseaux grâce à des signes de ralliement, comme le salut avec trois doigts en l’air, inspiré par les films «Hunger Games».

Mais d’après Thin Lei Win, les forces de l’ordre se sont mises à inspecter les téléphones des personnes, dans la rue, et «si vous avez posté quoi que ce soit qui critique la junte (...) vous pouvez être arrêté». Facebook et d’autres plateformes ont fermé les comptes des généraux birmans après le coup d’Etat mais la propagande militaire est toujours diffusée ailleurs, sur l’application TikTok ou la messagerie Telegram par exemple, assure-t-elle. En Ukraine aussi, TikTok et Telegram ont été accusés de ne pas suffisamment lutter contre la désinformation russe.

Mais Yarema Dukh, qui a quitté le gouvernement ukrainien en 2019, continue de voir le côté positif des réseaux sociaux. Il estime que l’Ukraine a tiré les leçons de longues années passées à faire face à la désinformation venue de Moscou: «Nous avons bien appris et après la victoire j’espère que nous pourrons en faire profiter les autres aussi».

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires