Conflit en Thaïlande – Les «Rouges» ne cèdent pas
Publié

Conflit en ThaïlandeLes «Rouges» ne cèdent pas

L'État thaïlandais met la pression sur les opposants.

L'État thaïlandais met la pression sur les opposants.

afp

Environ 5 000 manifestants antigouvernementaux défiaient, lundi, le pouvoir thaïlandais en refusant de quitter leur camp retranché, au cœur de Bangkok. La situation était calme sur le site après l’heure-limite fixée aux manifestants par les autorités pour l’évacuer sans risquer la prison.

Mais la tension restait palpable dans les alentours, théâtre de scènes de guérilla urbaine qui ont déjà fait 35 morts et plus de 200 blessés ces quatre derniers jours. Les autorités n’avaient cessé de répéter depuis 24 heures, dans des messages à la télévision ou sur des tracts lâchés par avion, que les «chemises rouges» désireuses de partir devaient le faire très vite.

Et un ministre a encore accentué la pression en annonçant que l’armée allait procéder «dès que possible» à la dispersion par la force des manifestants, dans ce quartier touristique et commerçant de la capitale. L’armée a décidé d'engager une vaste opération pour asphyxier la «zone rouge» et la priver d’eau, d’électricité et de nourriture. Les manifestants lui tiennent tête derrière des barricades de barbelés...

Ton opinion