Bien-être animal: Les sextoys pour les vaches, ça existe… Meuh voui!

Publié

Bien-être animalLes sextoys pour les vaches, ça existe… Meuh voui!

Conçue par une designeuse britannique, Happy Cow est une collection de joujoux sexuels adaptés aux bovins. La proposition, aussi provocante qu’humoristique, invite à (re)considérer la condition animale.

par
Emmanuel Coissy
Les sextoys d’Ece Tan sont la fusion entre ceux pour êtres humains et le matériel employé dans les exploitations agricoles.

Les sextoys d’Ece Tan sont la fusion entre ceux pour êtres humains et le matériel employé dans les exploitations agricoles.

Photos: Ece Tan

Des instruments d’insémination profilés comme des godemichés, un masseur de pis analogue à un masseur de poitrine à appliquer sur la machine à traire, des plugs et un gant d’examen vétérinaire (voir la galerie d’images). Voilà les éléments de Happy Cow, une collection de sextoys pour les vaches créée par Ece Tan. La designeuse britannique est diplômée de Central Saint Martins, à Londres. Ces objets en silicone et en latex sont le résultat de la fusion entre les joujoux sexuels pour êtres humains et le matériel employé dans les exploitations agricoles. L’objectif est de procurer du plaisir à l’animal au cours de procédures telles que la traite et l’insémination artificielle.

La proposition d’Ece Tan ne doit toutefois pas être prise au pied de la lettre. C’est, avant tout, une provocation sous forme humoristique qui invite à (re)considérer la condition animale en s’intéressant notamment aux émotions des bêtes. «Le plaisir a souvent été considéré comme une expérience réservée aux humains. Mon travail a été influencé par des recherches sur la jouissance chez différentes espèces. C’est vraiment intéressant de constater que tous les mammifères ont la capacité d’éprouver le plaisir sexuel.»

Happy Cow a été développé dans le cadre de la formation Material Futures à Central Saint Martins, qui réunit design, sciences et technologie. Cette année, plusieurs travaux de diplômes ont fait l’objet de publications dans les médias internationaux. Parmi eux, Ecovado, une alternative écologique à la culture de l’avocat imaginée par Arina Shokouhi.

Ton opinion

3 commentaires