Saint-Crépin – Les souliers étaient à la fête
Publié

Saint-CrépinLes souliers étaient à la fête

Mardi, on fêtait la Saint-Crépin, patron des bottiers! L'occasion de faire un tour des produits et
services originaux proposés
autour de la chaussure.

Le soulier est une passion virile. Mardi, 25 octobre, la journée l'a démontré, puisque les amateurs de beaux souliers ont célébré leur protecteur. L'occasion de porter ses chaussures préférées et de les bichonner. Seul chez soi ou en groupe, comme les membres du select Club Swann de la marque Berluti, qui se sont retrouvés dans un palace parisien pour astiquer leurs cuirs avec trois gouttes de champagne mélangées à du cirage. En smoking, bien sûr!
À Genève, la boutique Brogue a proposé un service de glaçage à l'ancienne par un spécialiste, ouvert à tout le monde. Boisson en main, le client prenait place sur un fauteuil théâtral pendant que le préposé frottait. L'enseigne vend huit marques (anglaises, italiennes, françaises) parmi les plus pointues de notre époque.

En France Pierre Corthay, un bottier de Paris, est depuis vingt ans l'un des rares à travailler de manière artisanale, comme son concurrent, Anthony Delos, depuis 2004. En Suisse, il n'existe qu'une irréductible: la Bâloise Anita Moser. Ces trois bottiers sont adulés par les connaisseurs.

Dans de nombreuses grandes villes européennes, les échoppes monomarques, telles que Fred Finlay ou Arturo Belli, se multiplient. C'est la preuve d'un solide engouement pour des modèles originaux de qualité au niveau de leur montage et des peausseries. Dans les vitrines, des modèles affichent un luxe de détails: textures, découpes, nervures, laçage audacieux. Et que de couleurs! Avec en particulier de nouvelles créations aux teintes dégradées. Des maisons plus classiques (J.M. Weston, Church's et John Lobb) tentent de répliquer avec des collections spéciales. La vénérable Lobb présentait même un Richelieu prune pour la Saint-Crépin.

Prendre soin de ses trésors

Simples piétons ou grands marcheurs, vos chaussures sont en danger! Quelques conseils s'imposent. D'abord, ne portez pas vos souliers deux jours de suite. Ils ont besoin de respirer. L'embauchoir en bois maintient le cuir et absorbe l'humidité. L'application fréquente de crème nourrissante, en mouvements circulaires, est recommandée, avant le cirage ou la teinture. Une visite annuelle chez le cordonnier est nécessaire.

Ton opinion