Election présidentielle – Les Sri Lankais élisent leur président
Publié

Élection présidentielleLes Sri Lankais élisent leur président

Si les bureaux de vote ont ouvert samedi matin au Sri Lanka, les résultats ne devraient être connus que dimanche ou lundi.

Un moine bouddhiste montre son doigt encré, après avoir voté, samedi 16 novembre 2019.

Un moine bouddhiste montre son doigt encré, après avoir voté, samedi 16 novembre 2019.

Le Sri Lanka a commencé à voter samedi à son élection présidentielle, un scrutin qui pourrait permettre le retour au pouvoir du clan redouté des Rajapaksa qui a gouverné l'île d'une main de fer pendant une décennie. Les bureaux de vote ont ouvert à 7h locales dans le pays insulaire d'Asie du Sud et fermeront à 17h (2h30-12h30 au luxembourg).

Près de 16 millions d'électeurs sont appelés aux urnes. Les résultats devraient être connus dimanche, voire lundi si le score est serré. Presque cinq ans après la défaite électorale de Mahinda Rajapaksa, son petit frère Gotabaya, 70 ans, est en compétition avec le candidat du parti au pouvoir, Sajith Premadasa, pour prendre la tête de l'État sri-lankais pour le prochain quinquennat.

Lieutenant-colonel à la retraite, Gotabaya Rajapaksa est pour l'occasion le représentant de la puissante famille des Rajapaksa. L'ancien militaire était l'une des clés de voûte du régime de son frère Mahinda (2005-2015), empêché par la Constitution actuelle de se présenter, et son élection marquerait le retour aux affaires de la fratrie.

En tant que plus haut responsable du ministère de la Défense à l'époque, Gotabaya commandait de fait les armées sri-lankaises au moment de l'écrasement de la rébellion séparatiste tamoule en 2009, pour l'ultime offensive au cours de laquelle 40 000 civils tamouls ont péri selon les défenseurs des droits humains. Ce bain de sang avait sonné la fin de 37 ans de guerre civile, qui a fait 100 000 morts, et vaut aux Rajapaksa d'être adulés au sein de la majorité ethnique cinghalaise, mais détestés et craints par la minorité tamoule qui constitue 15% des 21,6 millions de Sri-Lankais.

(L'essentiel/afp)

Des tirs contre des bus d'électeursDes hommes armés ont ouvert le feu samedi sur un convoi de bus transportant des électeurs musulmans au Sri Lanka, quelques heures avant l'ouverture des bureaux de vote. Selon un responsable policier, les assaillants ont brûlé des pneus sur la route et installé des barrages pour tendre une embuscade au convoi de plus de 100 bus qui circulait dans le nord l'île. Des musulmans de la ville côtière de Puttalam étaient en chemin pour le district voisin de Mannar, où ils sont enregistrés pour voter. «Au moins deux bus ont été touchés, mais aucun mort ne nous a été signalé»,selon un responsable policier.

Ton opinion