Brexit – Les tensions persistent, Barnier et Frost à Bruxelles

Publié

BrexitLes tensions persistent, Barnier et Frost à Bruxelles

Les négociateurs en chef de l'UE et du Royaume-Uni sur le Brexit se sont rencontrés jeudi, à Bruxelles, pour tenter d'éviter une rupture dans les discussions.

Les Européens ont donné à Londres jusqu'à la fin du mois pour retirer les dispositions problématiques.

Les Européens ont donné à Londres jusqu'à la fin du mois pour retirer les dispositions problématiques.

AFP/Yves Herman

Les négociateurs en chef de l'UE et du Royaume-Uni sur le Brexit se sont rencontrés jeudi, à Bruxelles, pour tenter d'éviter une rupture dans les discussions sur la future relation commerciale, malgré la volonté britannique de revenir sur les conditions du divorce.

Le Britannique David Frost est arrivé peu avant 16h à la Commission européenne où l'attendait le Français Michel Barnier, au moment où la crainte d'un «no deal» (NDLR: absence d'accord) sur la relation post-Brexit semble plus forte que jamais. Il en est reparti deux heures plus tard sans prononcer un mot. «L'équipe de négociation britannique a eu des discussions informelles utiles avec l'UE cette semaine, alors que nous cherchons à trouver un accord d'ici la mi-octobre sur notre future relation», a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique dans un communiqué.

Questions extrêmement complexes

«Quelques progrès limités ont été faits mais des divergences importantes subsistent sur des questions clés, notamment la pêche et les aides publiques», a-t-il poursuivi. «Nous continuerons à travailler dur pour surmonter ces divergences dans nos discussions la semaine prochaine, sans compromettre notre position fondamentale: être un pays indépendant».

Peu avant cette rencontre, le porte-parole de l'exécutif européen, Eric Mamer, avait rejeté les accusations du Premier ministre britannique. Boris Johnson soutient que Bruxelles ne négocie pas de bonne foi et menace de «blocus» alimentaire les échanges entre l'Irlande du Nord et la Grande-Bretagne si aucun accord n'est conclu au terme de la période de transition, fin 2020. «Michel Barnier a montré (...) que même sur des questions extrêmement complexes et politiquement sensibles, la Commission et l'UE négocient en toute bonne foi», a-t-il protesté.

«La décision de revenir sur l'accord de retrait est très problématique»

M. Johnson refuse de revenir sur un projet de loi controversé qui, de l'aveu même du gouvernement britannique, enfreint le droit international. Le texte revient sur certains engagements pris dans l'accord de retrait scellant le départ britannique, signé en janvier, dont le protocole irlandais. Cette menace complique un peu plus les négociations menées en parallèle sur la future relation, déjà dans l'impasse.

Furieux, les Européens ont donné à Londres jusqu'à la fin du mois pour retirer les dispositions problématiques, un ultimatum rejeté par les Britanniques. «La décision de revenir sur l'accord de retrait est, tant sur le fond que sur la forme, très problématique», a jugé le ministre français délégué au Commerce extérieur, Franck Riester, qui a rencontré jeudi Michel Barnier.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion