Au Luxembourg – Les tests Covid dans les classes ont démarré

Publié

Au LuxembourgLes tests Covid dans les classes ont démarré

LUXEMBOURG - Les équipes mobiles ont débuté le dépistage du coronavirus directement dans les écoles et lycées. Notre reportage ce mercredi à Junglinster.

Pour gagner du temps face à la recrudescence du Covid, des équipes mobiles se rendent désormais directement dans les établissements scolaires pour tester les cas contacts.

Pour gagner du temps face à la recrudescence du Covid, des équipes mobiles se rendent désormais directement dans les établissements scolaires pour tester les cas contacts.

L'essentiel

Mercredi matin, les jumelles Safa et Marwa, 16 ans, patientaient avec les autres élèves de leur classe du Lënster Lycée de Junglinster, à l'infirmerie pour un dépistage au coronavirus. Pour gagner du temps face à la recrudescence du Covid, des équipes mobiles se rendent désormais directement dans les établissements scolaires pour tester les cas contacts. «C'est pratique, apprécient les jumelles, comme ça les parents n'ont pas à nous emmener nous faire tester après les cours, et on gagne du temps pour étudier et aller au sport le soir».

En coulisse, l'organisation est au cordeau. «Nous avons été prévenus avant-hier soir qu'une équipe mobile viendrait aujourd'hui, relate Mike Borschette, le directeur adjoint. Deux classes actuellement à l'isolement sont concernées, il a fallu prévenir les parents de quarante élèves et autant d'enseignants».

On a le choix, nez ou bouche

Les équipes mobiles sont composées de douze binômes, une personne pour l'administratif et une pour les prélèvements. Aujourd'hui, elles seront déployées dans une dizaine d'établissements à travers le pays. Chacune reçoit le matin un kit avec les tenues de protection et le matériel de tests. À l'infirmerie, Carole, de l'équipe mobile, demande à Safa si elle veut faire le prélèvement par le nez ou la bouche. «On leur laisse le choix», explique-t-elle. «Les jeunes, et surtout les enfants, ont parfois un peu peur, mais ils sont toujours très sages et appliqués», commente-t-elle.

Les prélèvements partiront ensuite au Laboratoire national de santé (LNS) pour les analyses. «Le but est d'avoir les résultats en moins de 24h, explique Friedrich Mühlschlegel, le directeur du LNS. Nous avons étendu nos horaires et nous travaillons tard dans la soirée si nécessaire».

(L'essentiel/Séverine Goffin)

Ton opinion