TTIP - Réactions au Luxembourg – «Les tractations secrètes ne peuvent pas durer»

Publié

TTIP - Réactions au Luxembourg«Les tractations secrètes ne peuvent pas durer»

LUXEMBOURG - Les documents secrets sur le TTIP, publiés lundi, risquent aussi de faire des vagues au Grand-Duché. Les partis politiques luxembourgeois ont déjà réagi.

Selon Greenpeace, les documents confirment les «menaces sur la santé et l'environnement».

Selon Greenpeace, les documents confirment les «menaces sur la santé et l'environnement».

AFP

Lundi, l'ONG Greenpeace a publié 248 pages de documents confidentiels qui montrent les négociations laborieuses sur le traité de libre-échange TTIP entre l'Union européenne et les États-Unis. Au Grand-Duché, cette fuite de documents pourrait aussi avoir des répercussions.

Même si le député CSV Laurent Mosar estime qu'il ne s'agit que «d'une tempête dans un verre d'eau», il voit malgré tout cette fuite d'un mauvais œil. Il pense en effet que les documents accessibles aux députés depuis mi-mars ne sont pas les mêmes que ceux qui sont sortis ce lundi. D'ailleurs, une source diplomatique européenne a précisé plus tôt à l'AFP qu'ils étaient «vieux» et ne prenaient pas en compte certaines «évolutions importantes» des négociations. «Nous devons vérifier que les documents divulgués ne vont pas au-delà de ce que les parlementaires ont lu», explique-t-il. «Les informations qui ont fuité montrent une vision très différente entre les États-Unis et l'Union européenne. Je ne peux pas imaginer un accord entre les deux dans un futur proche», poursuit le député.

Pour son collègue LSAP, Marc Angel, la fuite des documents est plutôt un bon signal. «J'espère que les publications vont avoir un effet positif et qu'ils vont montrer clairement qu'il faut faire attention, que ce n'est pas un jeu», explique-t-il, avant de rappeler que «nous sommes encore loin d'un accord». Pour Déi Greng, les fuites montrent une nouvelle fois que «les négociations secrètes ne peuvent pas durer. Il y a besoin d'une procédure transparente, avec des étapes intermédiaires qui permettent une plus grande participation des citoyens».

(Tobias Senzig/L'essentiel)

Ton opinion