Crise ukrainienne – Les USA craignent une provocation de Pékin
Publié

Crise ukrainienneLes USA craignent une provocation de Pékin

Alors que les puissances occidentales sont occupées à calmer les tensions avec la Russie, la Chine pourrait vouloir tirer profit de la situation, d’après un général américain.

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) reçoit le soutien du président chinois Xi Jinping lors de leur rencontre à Pékin, le 4 février 2022.

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) reçoit le soutien du président chinois Xi Jinping lors de leur rencontre à Pékin, le 4 février 2022.

AFP

La Chine pourrait profiter de la crise ukrainienne pour tenter un geste «provocateur» en Asie alors que les puissances occidentales sont occupées à calmer les tensions avec la Russie, a averti un général américain mercredi. Le général Kenneth Wilsbach, commandant des Forces aériennes des États-Unis dans le Pacifique, a souligné que le soutien apporté par Pékin à la Russie dans son bras de fer avec les Occidentaux sur l’Ukraine suscitait des questions sur les intentions de la Chine en Asie.

«Si on se demande, est-ce que la Chine va voir ce qui se passe en Europe et tenter quelque chose dans l’Indo-Pacifique, effectivement, c’est une préoccupation», a souligné le responsable à des journalistes en marge du salon de l’aéronautique de Singapour. «J’ai des inquiétudes sur le fait qu’ils pourraient vouloir en profiter. Cela ne serait pas surprenant s’ils tentaient quelque chose qui pourrait être provocateur, pour voir comment la communauté internationale réagit».

«Une opportunité de gains»

Avec plus de 100 000 soldats russes à la frontière ukrainienne, le Kremlin est accusé de préparer une nouvelle opération militaire contre l’Ukraine, après l’annexion de la Crimée en 2014. Des accusations rejetées par la Russie qui affirme vouloir juste assurer sa sécurité face à l’hostilité de Kiev et de l’OTAN.

Quand la Chine a apporté son soutien à la Russie dans une déclaration commune début février s’opposant notamment à l’élargissement de l’OTAN, le général Wilsbach a indiqué avoir eu des discussions avec des collaborateurs et d’autres «entités» dans la région sur ce que cela impliquait. Les forces du général Wilsbach, basées à Hawaï, auraient un rôle clé si un conflit se déclenchait dans le Pacifique.

Pression sur Taïwan

Pékin a été accusé depuis plusieurs années de provoquer des tensions dans la région à mesure que la Chine renforce son contrôle sur des îles et atolls de la mer de Chine méridionale. Pékin revendique presque la totalité de cette zone, ce que contestent plusieurs pays riverains comme la Malaisie, le Vietnam, les Philippines, Taïwan ou Brunei. Les États-Unis n’ont pas de revendications sur cette zone, mais défendent le principe de la liberté de navigation sur des routes maritimes stratégiques.

La Chine a renforcé ces derniers mois sa pression sur Taïwan, qu’elle voit comme partie intégrante de son territoire, avec de multiples incursions de chasseurs dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan. Quand la Chine examine des crises en général, elle regarde s’il y a «une opportunité de gains». Dans le cas de l’Ukraine, il y a «probablement plusieurs options» pour Pékin, a-t-il observé.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion