Réformes demandées – Les USA de retour au Conseil des droits de l'homme

Publié

Réformes demandéesLes USA de retour au Conseil des droits de l'homme

L’administration Biden continue de marquer sa rupture avec la politique de Donald Trump. Le nouveau chef de la diplomatie américaine demande malgré tout des réformes.

L’administration de Joe Biden veut renouer le dialogue avec le Conseil des droits de l’homme.

L’administration de Joe Biden veut renouer le dialogue avec le Conseil des droits de l’homme.

AFP

Les États-Unis ont annoncé ce lundi leur intention de «s’impliquer» à nouveau dans le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, marquant la rupture avec une administration Trump qui en avait claqué la porte en 2018 en l’accusant d’hypocrisie, particulièrement à l’égard d’Israël. «Le président a donné instruction au département d’État de s’impliquer immédiatement et avec force» dans le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken.

«Nous savons que le Conseil des droits de l’homme est un organe plein de défauts, qui a besoin de réformer son programme, ses membres, et ses priorités, y compris l’attention disproportionnée qu’il porte à Israël», a souligné M. Blinken.

«Pour être en mesure de s’attaquer aux insuffisances du Conseil et s’assurer qu’il remplit son mandat, les États-Unis doivent être présents à la table et faire usage de tout le poids de notre rôle de fer de lance en matière de diplomatie», a souligné M. Blinken, marquant ainsi la rupture avec une administration Trump qui avait choisi plus souvent qu’à son tour la politique de la chaise vide.

«Un forum important»

Les États-Unis vont donc recommencer à jouer leur rôle avec leur statut d’observateur «et auront l’opportunité dans ce rôle de s’adresser au conseil, de participer à des négociations et de s’allier à d’autres pour introduire des résolutions», a précisé le chef de la diplomatie. «Nous sommes totalement convaincus que quand les États-Unis s’impliquent de manière constructive dans les travaux du conseil, avec nos alliés et nos amis, des changements positifs sont à portée de main», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion