Réseau social – Les utilisateurs de TikTok peinent à en vivre

Publié

Réseau socialLes utilisateurs de TikTok peinent à en vivre

Les utilisateurs du réseau social pensent pouvoir atteindre l'Eldorado financier. Mais «c'est la désillusion totale», confie l'un d'entre eux.

Pour prétendre à la rémunération sur TikTok, il faut postuler au fonds de créateurs, créé en septembre 2020 et doté de 254 millions d'euros.

Pour prétendre à la rémunération sur TikTok, il faut postuler au fonds de créateurs, créé en septembre 2020 et doté de 254 millions d'euros.

AFP

0,4 centime d'euro les 1 000 vues, 20 euros le million de vues... Le mystère plane autour des seuils de rémunération du réseau social TikTok, laissant la porte grande ouverte à l'imaginaire des utilisateurs qui pensent pouvoir atteindre l'Eldorado financier. Mais «c'est la désillusion totale», confie à l'AFP Tomy (c.tmy sur TikTok) qui fait des vidéos dans lesquelles il caricature différents corps de métiers. «Pour le mois d'avril, j'ai touché 52,89 euros, pour quasiment 20 vidéos», déplore-t-il.

Pour prétendre à la rémunération sur TikTok, il faut postuler au fonds de créateurs, créé en septembre 2020 et doté de 254 millions d'euros. Les critères: résider dans un pays européen inclus dans le fonds, avoir plus de 18 ans, un minimum de 10 000 abonnés et un cumul d'au moins 100 000 vues sur ses vidéos au cours des 30 derniers jours. Ensuite, la rémunération est calculée en fonction d'un croisement de plusieurs critères (nombre de vues, visuel, son, description), déterminés par l'algorithme de façon opaque pour les influenceurs. Les revenus varient donc d'une personne à l'autre.

«Gagner sa vie en étant TikTokeur, c'est plus une exception qu'une règle»

«Gagner sa vie en étant TikTokeur, c'est plus une exception qu'une règle. C'est compliqué d'être bien rémunéré uniquement à l'aide des ressources de la monétisation», relève Olivier Ertzscheid, enseignant chercheur en sciences de l'information à l'université de Nantes. «Le fonds est divisé entre des milliers de personnes dans 5 ou 6 pays en Europe et au Royaume-Uni. Il y a une très forte dilution», explique Stéphanie Laporte, directrice de l'agence de «social media» et d'influence Otta.

Cette dilution, «Monsieur Thomas», l'expérimente au quotidien. «Mes abonnés pensent que je suis riche», s'étonne ce jeune homme de 28 ans, directeur de magasin, qui fait des vidéos dans lesquelles il raconte son quotidien en déjeunant. «Mais heureusement que j'ai un travail à côté!» Bien que la plate-forme en elle-même paie peu ses utilisateurs, c'est néanmoins un bon moyen pour se faire repérer par les marques qui proposent des collaborations rémunératrices, qui elles sont bien plus intéressantes financièrement.

«J'ai eu plusieurs propositions de partenariat. On m'offre quelque chose, je fais une vidéo avec un code promo et quand quelqu'un achète le produit avec le code, je récupère 10% des bénéfices», illustre «JukieDuLove», créatrice de vidéos «body positive» (militantisme en faveur de l'appréciation de tous les types de corps). De fait, le réseau est «un vivier de visibilité», affirme Amélie Ebongué, auteure de «Génération TikTok: Un nouvel eldorado pour les marques». Ces contrats sont souvent passés via des agences qui s'occupent de la mise en relation entre marques et créateurs ou qui produisent des influenceurs et prennent un pourcentage sur les cachets perçus.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion