Coronavirus/Danemark – Les visons ne contaminent plus... mais ils empestent

Publié

Coronavirus/DanemarkLes visons ne contaminent plus... mais ils empestent

Des millions de bêtes abattues pour cause de Covid resurgissent de terre. Ces «zombies» posent des problèmes de pollution.

Le charnier d’Holstebro, où des centaines de cadavres ont été jetés.

Le charnier d’Holstebro, où des centaines de cadavres ont été jetés.

AFP

Début novembre, Copenhague avait annoncé l’abattage de plus de 15 millions de visons, à cause d’une mutation du coronavirus véhiculée par ces bêtes. Mais voilà que, mortes et enterrées, elles se remettent à hanter le pays. À Holstebro, dans un des charniers improvisés, les cadavres d’animaux remontent à la surface sous la pression accumulée des gaz de pourrissement. Le terrain très sablonneux aurait aggravé le phénomène, selon la police locale.

«L’État joue avec notre nature et l’utilise comme une décharge», a déploré Leif Brog­ger, élu cité mercredi par le quotidien Jyllands-­Posten. Pour ne rien arranger, le charnier se trouve à 200 mètres d’un lac, ce qui fait craindre des problèmes de pollution au phosphore et à l’azote. Le ministère de l’Environnement et de l’Agriculture assure que la réapparition des carcasses est «un problème temporaire». Photos et vidéos ont donné lieu à de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, sur le mode des «visons mutants tueurs zombies».

Cet épisode est le dernier d’une saga qui dure depuis la découverte de la mutation du coronavirus (pas plus dangereuse pour l’homme, mais susceptible de remettre en cause un futur vaccin). La décision d’abattage massif avait créé une crise politique, car des élus s’étaient aperçus que la mesure n’avait pas de fondement juridique. Le gouvernement a dû admettre jeudi que cette menace potentielle pour les vaccins humains était «très probablement éteinte», alors que deux tiers du cheptel avaient déjà été mis à mort.

(L'essentiel/afp/arg)

Ton opinion