Frappe russe à Krementchouk: Le moment où le missile a touché le centre commercial

Publié

Frappe russe à KrementchoukLe moment où le missile a touché le centre commercial

Une vidéo montre la frappe russe sur le centre commercial de Krementchouk, qui a fait une vingtaine de morts.

L'Ukraine a encore payé un lourd tribut dans l'invasion russe, avec plusieurs frappes touchant des civils dont une qui a fait au moins 18 morts à Krementchouk (centre), à plus de 200 km du front. «Seuls des terroristes complètement fous, qui ne devraient pas avoir de place sur Terre, peuvent frapper au missile sur des objectifs civils. (...) La Russie doit être reconnue comme État parrain du terrorisme», a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Les «attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre», ont lancé les dirigeants du G7 réunis en Allemagne, dans une déclaration qui «condamne solennellement l'attaque abominable» de Krementchouk, et assure que le président russe Vladimir Poutine devra «rendre des comptes».

Le président ukrainien a suggéré mardi, au Conseil de sécurité de l'ONU d'envoyer une commission d'enquête pour prouver que le centre commercial de Krementchouk a été détruit par un missile russe. La frappe russe à Krementchouk a fait une vingtaine de morts et des dizaines de blessés et de disparus. La Russie dément avoir visé une installation civile, assurant avoir bombardé un dépôt d'armes. En dénonçant l'invitation à s'exprimer offerte par l'Albanie, présidente en exercice du Conseil de sécurité, au président ukrainien, Dmitry Polyanskiy a répété que la Russie avait visé un «entrepôt d'armes européennes et américaines» et non un centre commercial.

«Si un missile avait frappé le centre commercial, rien n'en serait resté», a-t-il dit. «Les munitions stockées dans l'entrepôt ont provoqué un incendie qui s'est propagé au centre commercial», a-t-il ajouté en affirmant à l'Occident que ses livraisons d'armes à Kiev ne font «que prolonger l'agonie» de l'exécutif ukrainien.

Pour la secrétaire générale adjointe de l'ONU aux Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, «le cycle de la mort, de la destruction doit cesser pour le bien de l'Ukraine, de la Russie et du monde entier».

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires