Luxembourg/France: Les frontaliers français auront bien droit à 34 jours de télétravail

Publié

Luxembourg/FranceLes frontaliers français auront bien droit à 34 jours de télétravail

LUXEMBOURG/FRANCE – Yuriko Backes, ministre des Finances, et son homologue français Bruno Le Maire se sont mis d'accord sur les modalités pour augmenter le seuil de tolérance en matière fiscale à partir du 1er janvier 2023.

Les frontaliers qui résident en France et travaillent au Luxembourg pourront bien travailler 34 jours en dehors du Grand-Duché sans être imposables en France. Lors d’une visite de travail à Paris, Yuriko Backes, ministre des Finances, a été reçue à Bercy par son homologue français Bruno Le Maire. Les deux ministres se sont mis d'accord sur les modalités pour augmenter le seuil de tolérance en matière fiscale de 29 à 34 jours, en vue d’une signature prochaine d’un avenant à la Convention fiscale.

Ce nouveau seuil sera applicable à partir du 1er janvier 2023, est-il précisé dans le communiqué du gouvernement luxembourgeois. Environ 117 000 frontaliers originaires de France travaillent actuellement au Luxembourg.

Yuriko Backes s'est montrée satisfaite: «Je remercie mon homologue français pour cet accord, très attendu par de nombreux salarié(e)s et entreprises, qui procure davantage de flexibilité notamment en matière de télétravail».

(pp)

Ton opinion

58 commentaires