Paris Jackson – Lettre d’adieu et couteau à viande

Publié

Paris JacksonLettre d’adieu et couteau à viande

Même si les versions des médias américains divergent, plusieurs détails concordants apportent un éclairage sur la tentative de suicide de la fille de Michael Jackson.

Paris Jackson avec sa mère Debbie Rowe (g.) et avec des marques de coupures à son bras gauche. Des photos qu'elle avait postées sur Instagram en avril 2013.

Paris Jackson avec sa mère Debbie Rowe (g.) et avec des marques de coupures à son bras gauche. Des photos qu'elle avait postées sur Instagram en avril 2013.

Paris Jackson a été conduite à l'hôpital, mercredi 5 juin, près de Los Angeles, après une tentative de suicide. L'adolescente de 15 ans a essayé d'entailler son poignet droit avec un couteau à viande et a laissé un message évoquant son suicide, selon TMZ.com. On ne sait pas ce qui était précisément écrit sur sa lettre.

La jeune fille, dont le père est mort en 2009, «a essayé de se faire une entaille», a indiqué une source proche de la famille, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat. «Elle ressent le besoin d'avoir son père avec elle (...). Elle a déjà été soignée une fois pour dépression, ça ressemble donc à un véritable appel au secours», a-t-elle ajouté. La jeune femme aurait, selon plusieurs médias, déjà tenté de se suicider par le passé. Sur d'anciennes photos postées par Paris sur Instagram, on peut voir des marques de coupures sur son bras gauche.

Des cachets en plus?

Selon TMZ, Paris avait aussi pris un grand nombre de comprimés, avant de se taillader le poignet. Une version que confirme le site du magazine People, parlant de 20 comprimés d’Ibuprofène, un fort anti-inflammatoire. Cette information est cependant démentie par une autre source qui a assuré à Radaronline.com que «Paris n’a pris aucune pilule», n’a «pas fait d’overdose» et n’a pas non plus fait de crise parce qu’elle ne pouvait pas assister à un concert de Marilyn Manson, une rumeur lancée par TMZ.

Une source d’E! online a expliqué que Paris avait sombré dans la dépression petit à petit pour différentes raisons. Notamment parce qu’elle aurait eu des différents avec son petit frère Prince Michael. Ce dernier n’aurait pas apprécié que sa sœur aille vivre chez sa mère biologique, Debbie Rowe, et qu’elle tente de reconstruire une relation avec elle.

«Paris va bien physiquement

Dans un communiqué, la grand-mère de Paris, Katherine, âgée de 83 ans, affirme que «Paris va bien physiquement et reçoit les soins médicaux appropriés». «S'il vous plaît, respectez sa vie privée et celle de sa famille», ajoute-t-elle. «Être une personne sensible âgée de 15 ans c'est difficile, qui que vous soyez. Et c'est particulièrement difficile quand vous perdez la personne la plus proche de vous», a poursuivi Katherine, actuellement en procès contre le promoteur du chanteur Michael Jackson.

La mère de Paris, Debbie Rowe, ancienne femme du «Roi de la pop», a quant à elle déclaré: «Nous sommes reconnaissants des pensées de tout le monde pour Paris, aujourd'hui, ainsi que du respect de la vie privée de sa famille». La police s'est rendue au domicile de Rowe pour l'interroger, en fin de journée.

Trois jours dans une unité psychiatrique

Selon TMZ, Paris Jackson a appelé un numéro dédié aux tentatives de suicide, et la personne qui a reçu son appel a ensuite téléphoné aux urgences. TMZ publie sur son site un message audio dans lequel on entend le réceptionniste dire «Surdose. La police arrive».

Paris serait sortie de la maison familiale sur un brancard. Un porte-parole de la police a confirmé que des policiers étaient intervenus dans une maison de Calabasas, où vit Paris Jackson, près de Los Angeles, aux premières heures de la matinée de mercredi, pour un «problème médical». Il n'avait pas précisé l'identité de la personne concernée. L'adolescente, qui souffre de dépression, séjournera trois jours dans une unité psychiatrique de l'hôpital, selon la source de l’AFP. Elle devrait subir une évaluation psychologique, comme cela avait été le cas pour Britney Spears en 2008.

(L'essentiel Online avec fab/AFP)

Ton opinion