Football : L’ex-sélectionneur portugais Fernando Santos à la tête de la Pologne

Publié

Football L’ex-sélectionneur portugais Fernando Santos à la tête de la Pologne

L’ancien sélectionneur portugais Fernando Santos a été nommé à la tête de l’équipe nationale de football de Pologne, lors d’une cérémonie officielle mardi à Varsovie.

L’ancien sélectionneur portugais Fernando Santos a été nommé à la tête de l’équipe nationale de football de Pologne, lors d’une cérémonie officielle mardi à Varsovie. «À partir d’aujourd’hui, je suis polonais, a déclaré M. Santos, Je suis l’un d’entre vous, c’est un honneur de poursuivre mon travail d’entraîneur ici». «Le choix était difficile, mais nous avons choisi le meilleur», a déclaré, quant à lui, le président de la Fédération polonaise de football (PZPN), Cezary Kulesza, «Notre premier objectif est la qualification pour la Coupe d’Europe».

Le nouveau sélectionneur succédera à Czeslaw Michniewicz, licencié le mois dernier après avoir conduit les Aigles jusqu’en huitièmes de finale de la Coupe du monde au Qatar, où ils ont été éliminés (3-1) par la France, future finaliste. La Pologne avait terminé deuxième de son groupe, derrière l’Argentine, future championne (victorieuse 2-0), après avoir battu l’Arabie saoudite (2-0) et fait match nul avec le Mexique (0-0).

Approche ultra-défensive

Très critiqué par la presse dans son pays pour l’approche ultradéfensive de la Pologne pendant le tournoi, Michniewicz a été également épinglé par la PZPN pour un «manque de vision sur le fonctionnement et l’avenir de l’équipe». Fernando Santos a dirigé la sélection lusitanienne de 2014 à sa démission, le mois dernier après la défaite surprise (1-0) de l’équipe en quart de finale de la Coupe du monde face au Maroc. Il a offert au Portugal son premier titre majeur avec le sacre de champion d’Europe en 2016 en France, puis a remporté la Ligue des nations 2019 à domicile.

Cependant, son mandat a été également entaché par des éliminations en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2018 et de l’Euro 2020.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire