Bande dessinée – L’histoire d’un homme qui enquête sur sa propre mort

Publié

Bande dessinéeL’histoire d’un homme qui enquête sur sa propre mort

Plus de cinq ans après la parution du tome 1, «Le Syndrome d'Abel» trouve son épilogue.

«Le Syndrome d’Abel T. 2/3 et 3/3». Xavier Dorison et Richard Marazano. Glénat.

«Le Syndrome d’Abel T. 2/3 et 3/3». Xavier Dorison et Richard Marazano. Glénat.

1983. Abel Weiss est victime d’un grave accident et tombe dans le coma. Il se réveille à des kilomètres du lieu de l’événement. Mais de retour dans sa ville, il découvre que son absence n’a pas duré quelques heures, mais quelque sept longues années.

Il est donc désormais considéré comme mort par toutes les administrations. Toute trace de lui, de sa maison, qui a été remplacée par un building, à son compte en banque littéralement volatilisé, a été soigneusement effacée.

Comment Abel Weiss a-t-il pu «ressusciter»? Qui a mené cet étrange complot contre lui? Pourquoi a-t-on cherché à faire disparaître toute trace de son passé? Qui a assassiné la seule personne capable de l’identifier?

Recherché par la police, dénué d’identité et de moyens, Abel doit trouver, seul, les réponses aux questions qui le hantent, même si celles-ci ne sont pas de ce monde.

Plus de cinq ans après la parution du tome 1, «Le Syndrome d’Abel» trouve enfin sa conclusion avec la parution simultanée des tomes 2 et 3.

Entre «X-Files» et «Le Fugitif», le thriller urbain fantastique, imaginé par Xavier Dorison et dessiné par Richard Marazano, livre les réponses aux mystères.

S'il n'y a pas de méchant dans ce polar, il y a un savant fou, un ex-flic tueur, un médecin prêt à tout pour sauver sa peau. Sue, femme flic, a de l'énergie à revendre. Abel, boursier friqué, est lui inconsolable et suicidaire depuis qu'il a vu mourir sa fille Audrey d'un cancer, avec pour seule compagnie un ours en peluche.

Bourré de drogues, il a accepté de faire le grand saut pour tenter de retrouver sa fille. Mais l'aventure aux portes de la mort n'est pas sans conséquence, même si Xavier Dorison s'en sort sans vouloir rien révéler. «Il n'y a pas d'après, nous ne sommes jamais arrivés et jamais partis».

(Denis Berche/L'essentiel)

Ton opinion