France – Licenciés pour avoir pioché dans le buffet

Publié

FranceLicenciés pour avoir pioché dans le buffet

L'affaire de deux employés licenciés d'un cabinet d'avocats pour avoir récupéré des restes de buffet, a trouvé son épilogue grâce à un accord amiable, a-t-on appris jeudi auprès de l'avocat des ex-salariés.

«Il a été mis fin à la procédure après qu'un accord amiable, honorable pour les deux parties, a été trouvé en décembre», a déclaré Me Antoine Gillot. L'accord étant «confidentiel», Me Gillot n'a pas souhaité préciser le montant des dédommagements accordés aux deux employés. Deux salariés du cabinet Gide-Loyrette-Nouel, âgés de 56 et 34 ans et employés comme gestionnaires du parc informatique sur des postes réservés à des travailleurs handicapés, avaient été licenciés en juillet 2011 pour avoir récupéré des restes de buffet.

Dans leur lettre de licenciement, il leur était reproché «la disparition régulière de nourriture et de bouteilles (dans une salle du cabinet parisien) à l'issue de repas servis dans le cadre de réunions clients ou de réunions internes». Les deux salariés avaient saisi le conseil des prudhommes et une conciliation avait été engagée. Cette conciliation a permis d'aboutir à un accord amiable.

Une audience devant le conseil des prud'hommes de Versailles, prévue le 4 juin, n'aura donc pas lieu. Gide-Loyrette-Nouel est un cabinet international d'avocats. Fondé à Paris en 1920, il emploie 650 avocats dans 19 bureaux en Europe, en Asie, en Afrique du Nord et aux États-Unis.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion