Maroc – L’inondation d’un atelier de textile fait 24 morts

Publié

MarocL’inondation d’un atelier de textile fait 24 morts

De violentes pluies ont provoqué lundi l’inondation d’un atelier clandestin de textile installé au sous-sol d’une maison privée à Tanger. Au moins 24 personnes sont décédées.

L’atelier clandestin était situé au sous-sol d’une maison à Tanger, dans le nord du Maroc.

L’atelier clandestin était situé au sous-sol d’une maison à Tanger, dans le nord du Maroc.

AFP (illustration)

Au moins 24 personnes piégées par une inondation provoquée par des pluies torrentielles ont péri lundi dans un atelier clandestin installé au sous-sol d’une maison à Tanger (nord du Maroc), selon un bilan publié par l’agence officielle MAP citant les autorités locales. Les secouristes ont récupéré vingt-quatre corps ainsi que dix survivants, qui ont été conduits à l’hôpital, et ils ont poursuivi leurs recherches, a indiqué la même source.

Des représentants des autorités, présents sur place, ont fait état de vingt-cinq morts –17 femmes et 8 hommes âgés de 20 à 40 ans –, selon un journaliste local joint par l’AFP. Des images diffusées par les médias locaux ont montré des secouristes évacuer des corps sur des civières, sous les yeux de riverains traumatisés, avec un ballet d’ambulances dans ce quartier résidentiel du sud de la ville portuaire de Tanger.

Un voisin sauve des ouvriers

Des ouvriers ont pu être sauvés grâce à un habitant du quartier qui les a aidés à s’extraire du sous-sol inondé avec une corde, selon un témoignage recueilli par le journaliste local, corroboré par des images diffusées sur YouTube. Certains médias locaux ont évoqué un problème d’électrocution mais cette information n’a pas été confirmée par les autorités. Une enquête judiciaire a été ouverte «pour élucider les circonstances» et «déterminer les responsabilités» du drame, selon la MAP.

Sur les réseaux sociaux, les internautes s’interrogeaient sur le fait que l’atelier ait pu rester clandestin jusqu’au drame survenu lundi tôt dans la matinée. Plus de la moitié (54%) de la production du secteur «textile et cuir» du Maroc provient d’unités «informelles», incluant des unités de production «ne répondant pas aux normes légales», selon une étude publiée en 2018 par la Confédération patronale marocaine (CGEM).

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion