Conflit – L’Iran accusé d’aider les rebelles au Yémen

Publié

ConflitL’Iran accusé d’aider les rebelles au Yémen

Le conflit s’est intensifié au Yémen ces derniers jours, l’Arabie saoudite ayant déclenché samedi une opération militaire «à grande échelle» dans le pays.

La coalition a visé des positions des rebelles Houthis dans la capitale du Yémen, Sanaa, ces derniers jours.

La coalition a visé des positions des rebelles Houthis dans la capitale du Yémen, Sanaa, ces derniers jours.

AFP

La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a accusé dimanche l’Iran et le Hezbollah libanais d’avoir aidé les rebelles Houthis à attaquer son territoire, au lendemain de frappes meurtrières. Ces derniers jours, la coalition a visé des positions des rebelles Houthis, proches de l’Iran, dans la capitale du Yémen, Sanaa, qu’ils contrôlent depuis le début du conflit en 2014.

La coalition, qui soutient depuis 2015 le gouvernement yéménite dans sa guerre contre les rebelles, les a accusés d’avoir «militarisé» l’aéroport de Sanaa, fermé aux vols humanitaires depuis mardi après des raids saoudiens. «Le Hezbollah forme les Houthis à piéger et utiliser des drones à l’aéroport», a déclaré le général Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition. «Les Houthis utilisent l’aéroport de Sanaa comme point principal de lancement de missiles balistiques et de drones» vers l’Arabie saoudite, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Ryad.

Il a diffusé des images de ce qui est, selon lui, «le siège des experts iraniens et du Hezbollah à l’aéroport» de Sanaa, ainsi que des hommes présentés comme des membres du mouvement chiite libanais considéré comme terroriste par les Saoudiens. Turki al-Maliki a appelé à la «responsabilité de la communauté internationale» pour faire «cesser ces actes hostiles» contre le royaume.

Représailles saoudiennes

Le conflit s’est intensifié au Yémen ces derniers jours, l’Arabie saoudite ayant déclenché samedi une opération militaire «à grande échelle» dans le pays après que deux personnes ont été tuées et sept blessées sur son propre territoire, dans une attaque revendiquée par les Houthis.

Si les rebelles yéménites attaquent régulièrement l’Arabie saoudite voisine, ciblant des aéroports et des infrastructures pétrolières, il s’agissait de la première attaque mortelle touchant le royaume depuis 2018. En représailles, trois personnes ont péri et six autres ont été blessées, selon des médecins yéménites, lors de frappes aériennes menées par la coalition au nord-ouest de Sanaa.

La coalition a affirmé dimanche matin avoir détruit des entrepôts d’armes à Sanaa, selon l’agence officielle saoudienne SPA. Dans la soirée, elle a annoncé avoir lancé de nouvelles frappes sur une base aérienne à Sanaa pour empêcher les rebelles de «transférer des armes». L’Arabie saoudite accuse depuis longtemps l’Iran de fournir des armes aux Houthis et le Hezbollah de former les insurgés. Si Téhéran reconnaît son soutien politique aux rebelles, il dément leur fournir des armes.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion