Contagion – L’Iran peut-il emboîter le pas à l’Egypte?

Publié

ContagionL’Iran peut-il emboîter le pas à l’Égypte?

Les deux principaux leaders de l'opposition réformatrice iranienne, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, ont demandé l'autorisation d'organiser le 14 février une manifestation de solidarité.

Les participants au dialogue entre le régime égyptien et l'opposition, dont les Frères musulmans, ont convenu dimanche de créer un comité pour préparer des amendements à la Constitution d'ici la première semaine de mars. (AFP)

Les participants au dialogue entre le régime égyptien et l'opposition, dont les Frères musulmans, ont convenu dimanche de créer un comité pour préparer des amendements à la Constitution d'ici la première semaine de mars. (AFP)

«Nous vous demandons l'autorisation d'inviter la population à manifester le lundi (14 février) en soutien à la révolte de ces deux pays musulmans», écrivent MM. Moussavi et Karoubi dans une lettre au ministre de l'Intérieur. Les autorités ont toujours rejeté les demandes d'autorisation de manifestation des leaders de l'opposition depuis les grands rassemblements de protestation ayant suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.

MM. Moussavi et Karoubi ont renoncé depuis la mi-2010 à appeler à des manifestations non autorisées, afin de ne pas donner au pouvoir le prétexte d'accroître la répression sévère qui a frappé l'opposition après les nombreuses manifestations interdites ayant suivi la présidentielle. La dernière tentative de ces manifestations interdites a eu lieu le 11 février 2010 à Téhéran, en marge des grandes manifestations officielles marquant le 31e anniversaire de la révolution islamique.

L'opposition réformatrice s'est abstenue cette année de demander l'autorisation de manifester pour ce jour anniversaire, lors duquel le pouvoir devrait à nouveau mobiliser massivement ses partisans. Fin janvier, M. Moussavi avait comparé la vague de manifestations en Tunisie et en Egypte avec les manifestations post-électorales de 2009 en Iran, qui ont plongé le régime iranien dans l'une des plus graves crises politiques de son histoire.

(L'essentiel Online/AFP)

Souleimane refuse un appel à assumer les pouvoirs de Moubarak

Le vice-président égyptien a rejeté dimanche un appel de l'opposition à assumer les pouvoirs du président Hosni Moubarak, fortement contesté depuis près de deux semaines, a affirmé un opposant ayant participé au dialogue entre le pouvoir et l'opposition. «Nous lui avons demandé que le président délègue ses pouvoirs au vice-président, conformément aux prérogatives que lui donne l'article 139 (de la Constitution) mais il a refusé», a déclaré ce responsable d'un parti d'opposition qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

Le pouvoir a lancé un «dialogue national» avec l'opposition auquel se sont joints les Frères musulmans, principale force d'opposition en Egypte et jusqu'ici bête noire du régime. Après le début de la contestation populaire le 25 janvier, M. Souleimane, ex-chef des services de renseignements, a été nommé vice-président, une fonction abolie par Hosni Moubarak lors de son arrivée au pouvoir en 1981.

Ton opinion