Bande dessinée: L’itinéraire linéaire et brutal du président russe
Publié

Bande dessinéeL’itinéraire linéaire et brutal du président russe

Un auteur britannique publie une biographie à charge de Vladimir Poutine. Très documenté, l’album a été réactualisé après le début de la guerre en Ukraine.

par
Joseph Gaulier

Delcourt

Qui est réellement Vladimir Poutine ? Le personnage est très connu, mais peu de monde connaît ses faits d’armes, avant et après sa prise de pouvoir en Russie. Le Britannique Darryl Cunningham consacre une biographie fouillée au président russe, au centre de toutes les attentions depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine le 24 février. L’album, initialement sorti en fin d’année dernière, vient justement d’être légèrement adapté suite à cet événement historique.

L’auteur évoque à peine la jeunesse de Poutine, si ce n’est au travers de quelques cases, pour préciser qu’il vient d’un milieu modeste et qu’il était volontiers bagarreur. Après quelques pages sur la fin de l’URSS, la quasi-totalité des faits décrits de manière implacable sont postérieurs à 1999, lors de son accession aux postes de Premier ministre puis président de la Fédération de Russie. Son passage en tant qu’adjoint au maire de Saint-Pétersbourg est tout de même brièvement décrit. Selon Cunningham, Vladimir Poutine faisait déjà preuve de brutalité à cette époque.

Un appel aux autres dirigeants

La guerre de Tchétchénie, les liquidations et arrestations d’opposants (Litvinenko, Nemtsov, Politkovskaïa, Navalny, Khodorkovski, etc.) sont ensuite décrites par le menu au fil des pages, dressant un portrait inhumain de l’homme fort du Kremlin. Il n’aurait pas supporté les critiques dont il a fait l’objet après sa gestion jugée défaillante de la crise du Koursk, un sous-marin qui a coulé en mer de Barents à l’été 2000. Sa gestion des attaques terroristes est aussi sévèrement égratignée dans l’ouvrage, notamment celles du théâtre de la Doubrovka en 2022 et de l’école de Beslan en 2004.

Cunningham dénonce enfin un jeu diplomatique marqué par le cynisme. Évidemment, cette biographie est à sens unique, l’auteur assumant de dresser un portrait à charge sans contrepartie. Il se concentre sur les actes brutaux et sanglants du «dictateur Poutine», sans évoquer d’autres aspects plus positifs, notamment sur le plan économique. L’album se transforme même en plaidoyer envers les autres dirigeants pour «agir» contre l’intéressé, le choix étant «simple, entre la démocratie et la dictature». Si le ton de l’album peut se contester, la somme d’informations qu’il fournit reste précieuse.

• «Poutine, l’ascension d’un dictateur». Darryl Cunningham. Delcourt, 19,99 euros.

Delcourt
0 commentaires