Sur Cargolux – L’OGBL pas rassuré par les ministres
Publié

Sur CargoluxL’OGBL pas rassuré par les ministres

LUXEMBOURG - Selon Étienne Schneider et François Bausch, il n’y pas de craintes à avoir sur l’avenir de Cargolux. L’OGBL est circonspect.

Les syndicats craignent une perte d’activités sur le site du Findel.

Les syndicats craignent une perte d’activités sur le site du Findel.

Editpress

La sortie médiatique la semaine dernière du CEO de Cargolux concernant la création possible d’une filiale de Cargolux en Chine, ainsi que la possibilité pour les avions de la compagnie de fret de décoller et d’atterrir depuis des aéroports allemands, est remontée jusqu’au plus haut niveau politique. Lundi, les ministres François Bausch (Infrastructures) et Étienne Schneider (Économie) ont reçu une délégation de l’OGBL pour faire le point sur la situation.

«Nous n’avons été qu’à moitié rassurés», a fait savoir, à l’issue de la réunion, Romain Daubenfeld, responsable pour le secteur de la logistique. «Je comprends les inquiétudes des syndicats. Aujourd’hui, nous avons voulu les rassurer sur les intentions du gouvernement. La joint venture avec la Chine n’est qu’une possibilité envisagée et ne se fera pas au détriment des emplois et de l’activité au Luxembourg», a expliqué, lundi, le ministre Bausch.

«Mettre la pression sur les partenaires sociaux»

Pas si évident à avaler du côté syndical. «Le ministre parle de surplus. Mais ça ne correspond pas à la réalité. La possibilité d’atterrir à Cologne a été évoquée. Or, si c’est le cas, cela signifie que la marchandise ne circulerait plus par le Findel mais s’arrêterait en Allemagne», a, pour sa part, détaillé Hubert Hollerich, responsable de l’aviation pour l’OGBL. «Quant à Cargolux China, c’est un projet qui a beaucoup de potentiel pour créer du dumping social».

D’après le syndicaliste, cette idée de Cargolux China et le développement de Cargolux Italia ne servirait qu’un seul dessein: «Mettre la pression sur les partenaires sociaux au moment de renégocier la convention collective».

(Patrick Théry)

Ton opinion