JO 2012 – Londres se mue en véritable forteresse
Publié

JO 2012Londres se mue en véritable forteresse

Les athlètes présents aux JO de Londres seront en sécurité. C'est du moins ce que promet l'immense dispositif mis en place par le ministère de la Défense britannique.

Comme toutes les grandes places de la capitale, Trafalgar Square sera sous la protection de 40 000 hommes.

Comme toutes les grandes places de la capitale, Trafalgar Square sera sous la protection de 40 000 hommes.

Londres met en place pour les Jeux olympiques le plus important dispositif de sécurité jamais déployé dans le pays en temps de paix. La capitale sera transformée en une véritable forteresse protégée par un navire de guerre sur la Tamise, voire des missiles sur les toits.

Plus de 40 000 hommes - militaires et civils - seront mobilisés, avec l'appui d'un impressionnant dispositif de renseignement, pour veiller sur les sites olympiques, les athlètes et les millions de visiteurs. Ce dispositif exceptionnel, qui coûtera 553 millions de livres (699 millions d'euros), est destiné à faire face à une panoplie de scénarios, allant de l'attentat d'un «loup solitaire» à une cyber-attaque en passant par des manifestations, des émeutes, une panne du réseau de transports et même des conditions climatiques extrêmes. Le voyage de la torche olympique au Royaume-Uni a aussi été surveillé de très près.

Des missiles sol-air dans la capitale

Le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, a assuré récemment que le vaste exercice militaire d'entraînement organisé en mai «avait atteint ses objectifs». Cet exercice - une simulation d'attaque terroriste - incluait le mouillage du porte-hélicoptères HMS Ocean près de Greenwich, à l'est de Londres, et le déploiement d'avions de combat de la Royal Air Force sur une base près de Londres, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le ministre doit aussi se décider prochainement sur le déploiement de missiles sol-air dans la capitale, pour se prémunir d'attaques terroristes du type de celles du 11-septembre. Au grand dam de certains locataires peu désireux de voir ces engins installés sur le toit de leur immeuble. Une répétition a déjà eu lieu pendant l'exercice de mai. Des batteries antiaériennes ont été installées près du parc de Greenwich, où doivent se tenir des compétitions équestres, et sur des bâtiments résidentiels près du parc olympique.

(L'essentiel Online/ats)

Ton opinion