Océan Atlantique: L’ouragan Fiona n’a fait «que» longer les Bermudes

Publié

Océan AtlantiqueL’ouragan Fiona n’a fait «que» longer les Bermudes

De très fortes pluies, poussées par des vents allant jusqu’à 160 km/h, ont quand même frappé l’archipel britannique dans le sillage de Fiona. L’ampleur des dégâts n’est pas encore connue.

Des rafales à 160 km/h et des pluies violentes ont frappé les Bermudes tôt ce vendredi, laissant des milliers de personnes sans électricité, alors que l’ouragan Fiona a évité l’archipel britannique.

Des rafales à 160 km/h et des pluies violentes ont frappé les Bermudes tôt ce vendredi, laissant des milliers de personnes sans électricité, alors que l’ouragan Fiona a évité l’archipel britannique.

REUTERS

Des rafales à 160 km/h et des pluies violentes ont frappé les Bermudes tôt ce vendredi, laissant des milliers de personnes sans électricité, alors que l’ouragan Fiona, après avoir semé la destruction dans les Caraïbes, a évité l’archipel de l’océan Atlantique. Vers 6h, heure locale (11h au Luxembourg), le cœur de l’ouragan se trouvait à 250 km au nord-ouest du territoire britannique, selon Centre national des ouragans des Etats-Unis (NHC), qui a rétrogradé Fiona de la catégorie 4 à la catégorie 3 de Saffir-Simpson dans son dernier bulletin.

Pendant la nuit, le courant a été coupé par endroits et plus de 7000 personnes étaient privées d’électricité à l’aube, selon les autorités, qui craignent des dégâts dans les zones côtières. Les établissements scolaires sont fermés ce vendredi et le gouvernement a annoncé l’ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence. La circulation des bus et des ferries est suspendue.

L’ouragan s’est affaibli

Jeudi soir, face aux bourrasques et aux vagues de plus en plus puissantes, les habitants, après avoir rangé chaises longues et parasols et calfeutré les devantures des magasins suite à l’alerte à l’ouragan des autorités, s’étaient réfugiés chez eux à la tombée de la nuit. «Cet ouragan va être pire que le précédent», redoutait Richard Hartley, propriétaire d’un commerce dans la capitale, Hamilton, tout en apposant des plaques de métal sur les fenêtres de sa boutique avec l’aide de son épouse.

Fiona, qui a finalement longé l’île en s’affaiblissant, peut provoquer des vents d’ouragan à plus de 100 km de son cœur et certains soufflent jusqu’à 210 km/h, selon le NHC.

Aux Bermudes, tout petit archipel de 64’000 habitants et 54 km2, le NHC avait prévu de fortes pluies, jusqu’à 100 mm, et «de grandes vagues destructrices». On ignorait l’étendue des dégâts vendredi à l’aube. Le territoire, situé à un millier de kilomètres des États-Unis et habitué aux ouragans, est l’un des lieux les plus isolés du monde, ce qui rend toute évacuation quasi impossible en cas d’urgence.

Kitesurfeurs «un peu fous»

«On doit vivre avec parce qu’on habite ici», a expliqué JoeAnn Scott, qui travaille dans un commerce à Hamilton. Les habitants «tentent de le prendre comme ça vient. Et prient…» Le long de la célèbre plage de Horseshoe Bay, certains ont profité, jeudi, des conditions exceptionnelles pour faire du kitesurf. «Ils sont un peu fous», estimait Gina Maughan, venue se dégourdir les jambes une dernière fois avant une longue nuit d’attente.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires