Voyagiste luxembourgeois – LuxairTours élargit encore son offre pour l’été 2019

Publié

Voyagiste luxembourgeoisLuxairTours élargit encore son offre pour l’été 2019

LUXEMBOURG - Le voyagiste observe un regain d’intérêt pour les destinations telles que l’Égypte, la Tunisie ou la Turquie.

Alberto Kunkel (à g.), directeur de LuxairTours, et Joe Schroeder, responsable communication, ont présenté le catalogue été 2019.

Alberto Kunkel (à g.), directeur de LuxairTours, et Joe Schroeder, responsable communication, ont présenté le catalogue été 2019.

Editpress/Alain Rischard

Les catalogues LuxairTours été 2019 arrivent cette semaine dans les agences de voyages, avec leur lot de nouvelles destinations. Le voyagiste luxembourgeois s’ouvrira ainsi davantage vers les îles Baléares, avec un vol par semaine vers Minorque et Formentera, et deux pour Ibiza.

Après le succès rencontré par l’île de Brac en Croatie, Split et son palais romain, sur la côte dalmate, sont inscrits au programme. Tout comme Marsa Alam, en Égypte, avec un nouveau LUXIClub, concept qui fait la part belle aux enfants. Après une certaine désaffection causée par des troubles géopolitiques, une destination comme l’Égypte «marche fortement, avec une hausse de 200% sur un an. La demande revient aussi pour la Tunisie et la Turquie, où nous proposerons trois vols par semaine vers Antalya. Et les réservations se font de plus en plus à l’avance», relève Alberto Kunkel, directeur de LuxairTours.

Deux nouveaux avions

Avec 700 000 passagers transportés cette année (+9% sur un an) et une croissance de 7% attendue l’an prochain, le tour-opérateur augmente aussi ses rotations notamment vers Kos, Faro, Antalya, Xerez de la Frontera, Cagliari, Olbia et Ibiza. Autre nouveauté, l’introduction de onze hôtels Robinson dans le catalogue.

L’arrivée annoncée de nouveaux appareils, deux Boeing 737-700 en mars et mai 2019, servira aussi à faire face à l’accroissement de la demande. Un sera utilisé pour moitié par les vols réguliers de Luxair et par LuxairTours, l’autre sera placé en réserve en cas d’irrégularités dans l’espace aérien. «Il est important d’avoir cette marge de manœuvre, car les compagnies rencontrent de plus en plus de soucis, entre les grèves ou les intempéries», conclut le directeur.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion