Elections communales – Luxembourg-Ville en passe de changer de coalition

Publié

Élections communalesLuxembourg-Ville en passe de changer de coalition

LUXEMBOURG - Le CSV avec Serge Wilmes à sa tête fait un véritable carton auprès des électeurs de la capitale. Il ravit deux sièges (7) au DP et au LSAP qui, lui, s'effondre.

Le Premier ministre Xavier Bettel avait laissé le fauteuil de bourgmestre à Lydie Polfer en partant au gouvernement, fin 2013. Polfer, déjà bourgmestre de 1981 à 1999, devrait conserver son poste.

Le Premier ministre Xavier Bettel avait laissé le fauteuil de bourgmestre à Lydie Polfer en partant au gouvernement, fin 2013. Polfer, déjà bourgmestre de 1981 à 1999, devrait conserver son poste.

Editpress

Le DP perd un siège à l'issue de ces élections communales dans la capitale au profit du CSV. Mais avec 9 sièges sur 27, le parti de la bourgmestre sortante, Lydie Polfer, reste en position de force. Il devra toutefois compter avec le net plébiscite des électeurs pour le CSV. Emmené par Serge Wilmes, le parti chrétien-social a obtenu deux sièges de plus qu'il y a six ans et porte son total à 7 sièges. Pour le jeune député, l'issue de ce scrutin avait des allures de vraie victoire. «C'est une vraie victoire. Les électeurs nous ont donné un mandat clair et nous allons l'assumer. Ce soir le CSV est incontournable à Luxembourg-Ville», se réjouissait-il.

Le partenaire de coalition des Libéraux, Déi Gréng, maintient ses 5 sièges obtenus en 2011 avec des poids lourds comme François Bausch et Viviane Loschetter. Toutefois, il pourrait bien passer dans l'opposition. D'ailleurs, hier soir, les militants écolos n'en menaient pas large. Une réunion de crise se tenait même dans les locaux du parti avant que tous les bureaux de vote aient été dépouillés. Mais pour la tête de liste, François Benoy, il n'y avait pas lieu de paniquer. «Les électeurs ont exprimé leur envie de maintenir une politique écologiste dans la capitale et à l'heure actuelle la coalition sortante a toujours une majorité, même courte». Avec 14 voix (sur 27), une coalition bleue-verte n'aurait qu'une voix d'avance sur l'opposition.

Majorité plus confortable avec le CSV

Si le DP s'alliait avec le CSV, cette alliance donnerait une majorité de 16 sièges (sur 27). De quoi travailler avec une majorité relativement confortable. À un an des législatives, cette alliance dans la capitale, centre névralgique du pays, pourrait bien rapprocher aussi les deux partis en vue d'une entente au niveau national. Réponse dans un an. Si la bourgmestre est restée prudente toute la soirée, elle n'exclut aucun partenaire de coalition d'emblée. «Je suis prête à discuter avec tout le monde. Il faudra évidemment tenir compte du résultat du CSV mais aussi se mettre d'accord sur un programme pour développer notre ville», a-t-elle esquivé.

Derrière les trois principaux partis, le LSAP de Marc Angel et Cathy Fayot s'effondre complètement et ne pourra guère espérer grand-chose à la table des négociations avec ses trois sièges (-1). «Je suis immensément triste. Il n'y a pas grand-chose à dire», commentait dans la soirée Marc Angel. À noter que l'ADR conserve son siège au conseil communal et sera représenté par Roy Reding. Quant au parti de gauche, déi Lenk, il aura toujours deux voix à faire valoir avec David Wagner, également député, et Joël Delvaux.

Dans la soirée, les différents camps politiques étaient en train de faire leurs calculs en gardant à l'esprit qu'en 2011, c'était le DP qui avait obtenu le fameux «siège restant», au prorata des voix non attribuées, qui avait porté son total à 10 sièges.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Retrouvez au fur et à mesure de la soirée sur notre site les résultats des communes.

La composition du conseil communal

DP: 9 élus

CSV: 7 élus

Déi Gréng: 5 élus

LSAP: 3 élus

Déi Lénk: 2 élus

ADR: 1 élu

Ton opinion