cyclone Batsirai – Madagascar se prépare à l'impact «considérable»

Publié

cyclone BatsiraiMadagascar se prépare à l'impact «considérable»

Selon l’ONU, quelque 600 000 personnes pourraient être touchées, quelques jours seulement après le passage de la tempête Ana qui a laissé des milliers de gens sans toit.

Le satellite européen Copernicus a capturé cette image impressionnante de Batsirai tout proche des côtes de Madagascar.

Le satellite européen Copernicus a capturé cette image impressionnante de Batsirai tout proche des côtes de Madagascar.

via REUTERS

«Menace très sérieuse pour la zone», le cyclone Batsirai devrait atteindre l’est de Madagascar samedi, avec des vents annoncés à plus de 200 km/h sur la grande île de l’océan Indien où les habitants se préparent à son arrivée avec les moyens du bord.

Après avoir déversé des pluies torrentielles pendant deux jours sur l’île française de La Réunion, le cyclone se trouvait samedi à 2h50 heure de Luxembourg à quelque 250 km de la côte est de Madagascar. Il devrait atterrir «entre la fin d’après-midi et la soirée de samedi entre Masomeloka et Mananjary, à proximité de Nosy-Varika», au stade de cyclone tropical intense, «présentant donc une menace très sérieuse pour la zone», avertit Météo France.

«Crise majeure»

Les vents sont attendus «à plus de 200 voire 250 km/h en rafales au niveau du point d’impact». Les vagues pourront atteindre de 10 à 15 mètres et les fortes pluies «pourront ensuite s’étendre sur une partie de la moitié sud de Madagascar». L’île, déjà frappée par la tempête tropicale Ana en janvier, a été balayée dès vendredi par le vent et une pluie continue. Ana, qui avait aussi touché le Malawi, le Mozambique et le Zimbabwe, avait fait une centaine de morts – dont 56 à Madagascar – et des dizaines de milliers de sinistrés.

L’impact du cyclone Batsirai à Madagascar devrait être «considérable», y compris dans les zones qui se remettent encore de la tempête Ana, a mis en garde vendredi un porte-parole du Bureau de coordinations des affaires humanitaires (Ocha) de l’ONU, Jens Laerke. La directrice du Programme alimentaire mondial (PAM) pour Madagascar, Pasqualina Di Sirio, a déclaré anticiper «une crise majeure» sur la grande île, où le cyclone pourrait toucher plus de 600 000 personnes, dont 150 000 déplacées.

Les secours en alerte

Des équipes de recherche et sauvetage ont été placées sur le qui-vive, des stocks de fournitures ont été préparés et des avions se tiennent prêts à intervenir en soutien à la réponse humanitaire. La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) estime elle qu’environ 4,4 millions de personnes au total sont menacées d’une façon ou d’une autre.

«Les équipes et les partenaires de la Croix-Rouge malgache sont en état d’alerte et déployées au sein des communautés, pour les prévenir de l’approche de la tempête, tandis que des stocks d’urgence sont déplacés pour en faciliter l’accès», a expliqué son secrétaire général Andoniaina Ratsimamanga.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion