Dernier tome – «Magasin Général» se clôt dans un grand bonheur
Publié

Dernier tome«Magasin Général» se clôt dans un grand bonheur

Après plus d'un million d'exemplaires vendus, la saga «Magasin Général» se finit avec ce tome 9, neuf ans après son lancement pour trois tomes.

«Magasin Général» est devenu un classique de la BD de ce début de XXIe siècle.

«Magasin Général» est devenu un classique de la BD de ce début de XXIe siècle.

dr

Le projet initial était un triptyque. Mais ses deux auteurs, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, ont fini par faire de «Magasin Général» une œuvre en neuf tomes qui se termine avec «Notre-Dame-des-Lacs», neuf ans après la parution du premier volume. Entretemps, «Magasin Général» a trouvé un public (plus d'un million d'exemplaires vendus en une dizaine de langues dans le monde) tout en devenant un classique de la BD de ce début de XXIe siècle.

Québec, 1926. À Notre-Dame-des-Lacs, le Magasin Général de Marie est le lieu de tous les échanges. Mais l'arrivée inattendue de Serge va bousculer les habitudes, contraignant tout le village à s'affranchir peu à peu du conformisme.

Bouleversement de l'ordre

Avec leur dernier épisode, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp en terminent avec ce très long roman graphique qui met en scène les transformations individuelles et sociales que vivra ensuite le Québec durant les années 60. Nourris par leurs personnages, ils ont exploré la vie d'une communauté rurale pas très éloignée des principes d'une cité idéale où l'épanouissement personnel n'entrerait finalement jamais en conflit avec l'équilibre de la collectivité.

Dès les premières pages, Loisel et Tripp avaient supprimé les sources de continuité et d'autorité patriarchique dans leur petite société. Morts naturellement, le propriétaire du Magasin Général, le vieux curé et le médecin du village avaient été avantageusement remplacés par une jeune veuve Marie, un jeune prêtre avec beaucoup de foi et peu de conviction, et un vétérinaire homosexuel. De quoi bouleverser l'ordre établi!

Spectaculaire dénouement

Marchant dans les pas de Marie, vers une quête incessante du bonheur, «Notre-Dame-des-Lacs» ne sera plus jamais comme avant. Oublié, le conformisme, l'émancipation à travers la découverte de soi est en marche. Le dernier épisode de «Magasin Général», point final d’une exceptionnelle série à succès.

Plus de maire à Notre-Dame-des-Lacs, plus de curé ou presque, Marie enceinte d’un père que personne ne connaît et les femmes du village prises d’une frénésie d’achats comme on n’en avait encore jamais vue… Dans ce spectaculaire dénouement en forme d’apothéose joyeuse, le bonheur est omniprésent.

(Denis Berche/L'essentiel)

Ton opinion