Mauvaise récolte: L'Espagne inquiète face à l'envolée du prix de l'huile d'olive

Publié

Mauvaise récolteL'Espagne inquiète face à l'envolée du prix de l'huile d'olive

Provoquée par une sécheresse historique, la forte progression du prix de l'huile d'olive inquiète l'Espagne, où le gouvernement fait face à la pression des associations de consommateurs.

A picture taken on November 28, 2015 shows olives gathered on a tarpaulin during the olive picking season in Ronda. The sun-soaked valleys of Andalusia made Spain the world's top olive oil producer.   AFP PHOTO/ JORGE GUERRERO (Photo by Jorge Guerrero / AFP)

La récolte 2023-2024 devrait être légèrement meilleure que la précédente mais rester en deçà de la moyenne.

AFP

L'envolée des prix observée ces derniers mois est «ce qui inquiète le plus les familles en ce moment», a reconnu la ministre de l'Économie, Nadia Calviño, en rappelant lundi sur la chaîne de télévision La Sexta que l'huile d'olive était «la base de la cuisine espagnole». Pour cette raison, il faut que l'ensemble des professionnels du secteur «fassent des efforts» pour «contenir les prix», a-t-elle ajouté, en mettant en avant la baisse de la TVA sur l'huile d'olive de 10% à 5% décidée fin 2022 par le gouvernement dans le cadre d'un plan anti-inflation.

Selon l'organisation de consommateurs Facua, le prix de l'huile d'olive a augmenté de 42% depuis le début de l'année en Espagne, passant de 6,91 euros le litre en moyenne début janvier à 10,34 euros début septembre. D'après l'OCU, autre association de consommateurs espagnole, cette hausse est nettement supérieure à celle enregistrée dans les pays voisins, où certains Espagnols vont désormais s'approvisionner.

Moins chère au Portugal

D'après l'organisation, l'huile d'olive est désormais 27% moins chère au Portugal qu'en Espagne. En France, les prix sont inférieurs de 16% à ceux pratiqués par les supermarchés espagnols. Le ministère espagnol de l'Agriculture doit «adopter les mesures nécessaires pour contrôler la chaîne de production, en garantissant qu'aucun abus n'est commis et en enquêtant sur d'éventuelles spéculations», a souligné l'OCU dans un communiqué.

Mi-septembre, Nadia Calviño avait assuré n'avoir pas eu vent de pratiques répréhensibles de la part du secteur, le gouvernement attribuant l'envolée des prix à un déséquilibre entre l'«offre et la demande».

Moins d'un milllion de tonnes

L'Espagne, où la consommation d'huile d'olive par habitant est bien supérieure à celle de ses voisins, a été confrontée ces deux dernières années à une sécheresse historique, qui a fortement affecté sa production. La récolte 2022-2023 a ainsi chuté à 673 000 tonnes, soit «bien moins que la moyenne annuelle» de «1 380 000 tonnes», a ainsi rappelé sur X, anciennement Twitter, le ministre de l'Agriculture Luis Planas.

Selon lui, la récolte 2023-2024 devrait être légèrement meilleure, grâce aux pluies abondantes tombées ces derniers jours, susceptibles d'aider à la maturation des olives. Mais elle devrait rester inférieure au cap symbolique du million de tonnes, pour la deuxième année consécutive.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires