Maximo Park réchauffe l'été luxembourgeois

Publié

Maximo Park réchauffe l'été luxembourgeois

Le groupe de pop anglais a fait escale à l’Atelier, à Luxembourg, mardi soir. Devant une salle presque comble.

Foule adolescente, mardi soir pour assister au show de Maximo Park. Malgré un pays dépeuplé en ce mois d’août, la petite salle de l’Atelier était quasiment portée à ébullition au moment où les cinq Britanniques entrent en scène.

Dans la plus pure tradition de la pop anglaise, un brin stéréotypée, les cinq gars de Newcastle (dans le nord de l’Angleterre) entrent immédiatement dans le vif du sujet, avec «Girls who play guitar», un de leurs tubes. De quoi mettre tout le monde dans le bain d’entrée.

Stoïques, voire passifs par moment, les musiciens - Duncan Lloyd à la guitare, Archis Tiku à la basse, Lucas Wooller au clavier et Tom English à la batterie - laissent le chanteur du groupe, Paul Smith, occuper l’espace. Celui-ci, charismatique et bondissant, enflamme rapidement les jeunes filles des premiers rangs, bougeant et allant d’emblée au contact du public.

Le groupe enchaîne ensuite les quelques succès issus de ses albums, notamment le dernier, «Our Earthly pleasures». Pas de quoi révolutionner l’histoire de la chanson - le groupe tire son nom du Maximo Gomez Park, lieu de rencontre des révolutionnaires cubains à La Havane - mais tout de même suffisant pour faire passer une agréable soirée à ceux qui sont restés au Luxembourg, braver les frimas de l’été grand-ducal et qui sont venus se réchauffer au son de la pop anglaise.

Jw/lessentiel.lu

Ton opinion