Méfiance face aux absences
Publié

Méfiance face aux absences

Les salariés y verront une volonté de flicage, les entreprises un mal nécessaire: pour le Syndicat des indépendants et des classes moyennes (SIC), il faut absolument que les chefs d'entreprise aient les moyens de contrôler l'absentéisme de leur personnel.

La raison: cela pose problème à la bonne marche de l'entreprise. Le problème: le projet de loi sur le statut unique, qui devrait être adopté le 29 avril, est censé renforcer les contrôles par l'administration. Une hérésie, selon le SIC, qui juge «par expérience que cela n’aura pas d’effet intimidant face aux absentéistes impénitents» et que ce contrôle est «inefficace» voire «inopérant à l’égard des transfrontaliers».

La Chambre des métiers avait, il y a peu, également critiqué le manque de moyens de contrôle de l'absentéisme. Conclusion sans appel du SIC: «L’adoption du texte relève de l’irresponsabilité politique aux conséquences hautement préjudiciables pour l’économie nationale».

Ton opinion