«Scream» – Melissa Barrera: «Crier, j'adore ça!»
Publié

«Scream»Melissa Barrera: «Crier, j'adore ça!»

À l’affiche du cinquième film de la saga horrifique «Scream», l’actrice de 31 ans a tout de la nouvelle «Scream Queen».

Pour la comédienne, il n’y a rien de plus fun que de partager la projection d’un film d’horreur dans une salle de cinéma avec d’autres spectateurs.

Pour la comédienne, il n’y a rien de plus fun que de partager la projection d’un film d’horreur dans une salle de cinéma avec d’autres spectateurs.

imago images/Independent Photo Agency Int.

Elle est la jeune star latina que l’on s’arrache à Hollywood. En l’espace de trois ans, Melissa Barrera a tourné quatre films et plusieurs choses pour la télévision. Elle sait chanter, danser, jouer la comédie et… crier, comme elle le fait dans le nouveau «Scream», à découvrir depuis mercredi au cinéma.

Vous êtes l’une des nouvelles de ce cinquième «Scream». Qui est votre personnage, Sam Carpenter?

C’est la grande sœur qui veut tout faire pour protéger Tara (Jenna Ortega), sa cadette. Sam a aussi pas mal de secrets en elle. C’était super de partager ce tournage avec Courteney Cox, Neve Campbell et David Arquette. Notre film fait office de trait d’union pour les fans de l’original, datant de 25 ans, et pour la nouvelle jeune génération dont je fais partie.

Êtes-vous amatrice de films d’horreur?

Oui, surtout dans une salle de cinéma car il n’y a rien de plus fun que de partager la projection d’un film d’horreur avec d’autres spectateurs. Les gens crient, sursautent et font peur à leurs voisins. Moi, crier, j’adore ça!

Est-ce fatiguant physiquement de crier et de courir comme vous le faites dans «Scream»?

Pour ce film, nos journées étaient très longues mais l’ambiance était géniale. C’est certain qu’on peut risquer une blessure aux cordes vocales à force de crier, mais j’ai connu bien pire que ça dans mon job d’actrice!

Comment ça?

Je me suis blessée durant un tournage où je devais simuler une scène de sexe avec un acteur. Pour un épisode d’un feuilleton, je devais m’asseoir à genoux entre les jambes de mon partenaire et… (ndlr: Melissa hésite avant de parler) simuler du sexe oral sur lui, qui avait les jambes écartées. Alors que les caméras tournaient et que nous étions dénudés, je me suis tapé un genou en m’abaissant et cela m’a fait terriblement mal. J’ai donc commencé à pleurer et le réalisateur a pris peur car il me croyait mal à l’aise (rire). En fait, j’avais tellement mal qu’on m’a apporté des glaçons puis on a repris cette scène 30 minutes plus tard.

Vous en parlez comme si cela était banal…

Tout cela n’est que de la fiction. On fait souvent une montagne à propos des scènes de sexe, mais tant qu’il y a un respect mutuel entre comédiens, tout se passe bien. C’est tout aussi technique qu’une cascade, une chorégraphie ou une scène de meurtre avec du faux sang. Et de nos jours, toutes les précautions sont prises pour que l’on soit à l’aise dans ces moments-là. Les équipes techniques sont limitées, un conseiller explique chaque mouvement pour la caméra… Il m’arrive d’être embarrassée à la lecture du scénario mais, dans la peau du personnage, je n’ai plus peur de rien.

La bande-annonce de Scream:

(L'essentiel/Henry Arnaud, Los Angeles)

Ton opinion