Formule E – Mercedes fait confiance à un Luxembourgeois
Publié

Formule EMercedes fait confiance à un Luxembourgeois

À 34 ans, Brice Bosi occupe un poste clé en championnat du monde des formules électriques dans l'équipe Mercedes-Benz EQ.

Pandémie oblige, la saison de Brice Bosi s'achèvera par six courses en août à Berlin.

Pandémie oblige, la saison de Brice Bosi s'achèvera par six courses en août à Berlin.

Mercedes-Benz

Pilote, mécanicien en DTM, ingénieur, chef d'équipe en GT3 et désormais Team Manager de l'écurie d'usine Mercedes-Benz EQ en Formule E, Brice Bosi n'a que 34 ans, mais le Luxembourgeois a déjà eu tous les rôles en sport auto.

«Cette expérience du terrain est un vrai atout», reconnaît-il. Comme lorsqu'il doit aller défendre l'un de ses pilotes, Stoffel Vandoorne ou Nyck De Vries, devant les commissaires de la FIA. Véritable plaque tournante dans son équipe, il est sur tous les fronts.

«Je dois veiller au respect des règlements sportifs, techniques et des législations locales. Une batterie de Formule électrique fait un mètre cube. Cela ne peut pas être stocké partout!», note Bosi, qui s'assure que Mercedes est «dans les clous à tout moment», de circuit en circuit.

La Formule 1, son rêve d'enfant

Arrivée cette saison en Formule E, la marque à l'étoile en a fait un élément fort de sa stratégie. Ses moteurs électriques sont fabriqués dans la même usine que ceux de F1, LA référence. «Ce championnat est le premier avec des voitures de course 100 % électriques. Nous sommes des pionniers confrontés à des problèmes totalement nouveaux, poursuit Bosi. Il y a encore quelques années, la batterie ne tenait pas toute une course, il fallait changer de voiture».

Conquis par l'idée verte qui s'invite partout en Formule E, il l'est aussi par les courses urbaines. «Elles vont là où se trouve le public», insiste le Luxembourgeois, persuadé que le Kirchberg ferait un cadre idéal pour une course. Juste un rêve pour l'heure.

Mais les siens ont tendance à se réaliser. Alors même comblé de son poste actuel, il n'oublie pas que son rêve d'enfant a toujours été la F1.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion