Concert au Galaxie – Merci Monsieur Bertignac!

Publié

Concert au GalaxieMerci Monsieur Bertignac!

AMNÉVILLE - Un concert qui commence par du Téléphone et qui finit par du… Téléphone ne peut pas être mauvais!

Du beau monde, Louis Bertignac et Richard Kolinka en promettaient. Mais, samedi soir au Galaxie, il y eut plus que ce qu'annonçait l'affiche. Bien sûr, Stephan Eicher est descendu de ses montagnes suisses pour braver les frimas lorrains. Évidemment que Raphaël avait remisé sa caravane pour faire route vers Amnéville. Jim Kerr, leader des Simple Minds, avait fait dix-sept heures de route - si, si - pour être de la fête organisée depuis trois ans maintenant par le guitariste (fou) et le batteur (génial) de Téléphone. Tiens, même Cali avait tenu à être là.

Pour le reste, les quelque 3 000 spectateurs ont croisé Who, Eurythmics, Stranglers, Bowie, Patti Smith, Dylan, Bashung, White Stripes et autre Steppenwolf au gré des reprises entonnées le long d'un set magique. Même Bertignac en ajoutait «une petite pas prévue» le temps d'un hommage à Harrison le Beatles, via «Something».

Dans les travées, on a apprécié. On a remué, un peu chahuté et beaucoup joué les chœurs. Sur le refrain de «Mandela Day» ou celui de «Cendrillon», sur «Gloria» et «La Bombe humaine». Que des cadeaux! Même Jim Kerr, pris par la main par Cali, se laissait aller à cet esprit de Noël transformant un de ses hits en «Someone, somewhere in… Christmastime». Sympa! Et Louis? Comme un gosse au soir du 25 décembre, il était juste heureux. Riffant comme un diable, souriant aux étoiles. Merci Monsieur Bertignac!

Patrick Jacquemot

Ton opinion