Entretien avec Trump – Merkel a été reçue sans faste à la Maison Blanche

Publié

Entretien avec TrumpMerkel a été reçue sans faste à la Maison Blanche

Trois jours après Emmanuel Macron, le président américain a reçu vendredi Angela Merkel à la Maison Blanche avec beaucoup moins de décorum mais les mêmes désaccords.

La poignée de main a été brève.

La poignée de main a été brève.

AFP

La chancelière allemande assise à ses côté dans le Bureau ovale, le président américain a loué «une femme extraordinaire», assurant, en dépit de réels moments de tensions au cours de l'année écoulée, avoir toujours eu d'«excellentes relations» avec elle. Les deux dirigeants se sont brièvement serré la main dans le Bureau ovale, mais leurs retrouvailles n'ont, sans surprises, pas donné lieu aux embrassades, tapes dans le dos et signes ostensibles de complicité affichés par le président américain et son homologue français en début de semaine.

La brève visite de Mme Merkel, au cours de laquelle une conférence de presse commune est prévue, contraste avec la «visite d'État» à laquelle M. Macron a eu droite, entre tapis rouge et dîner fin avec tarte aux nectarines infusée de miel de la Maison Blanche. Sur le fond, les discussions entre le président américain, au pouvoir depuis 15 mois, et la chancelière allemande, qui a obtenu un quatrième mandat à l'issue de plusieurs mois de tractations dont elle est ressortie affaiblie, s'annoncent particulièrement tendues.

Merkel se fait peu d'illusions

«Il était important pour cette première visite en dehors d'Europe de venir aux États-Unis pour (...) approfondir encore les relations (entre les deux pays)», a souligné Mme Merkel, lors de brèves remarques au cours desquels elle n'a pas évoqué les points de discorde. L'ancien homme d'affaires de New York a promulgué des taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium en mars, accusant ses partenaires commerciaux de pratiques déloyales. Il en a néanmoins exempté l'Union européenne jusqu'au 1er mai.

La chancelière allemande, arrivée dans la capitale fédérale américaine jeudi dans la soirée, se fait peu d'illusions sur ce dossier épineux. «On doit partir du principe que les taxes douanières seront là le 1er mai», a indiqué un responsable gouvernemental allemand sous couvert de l'anonymat, «il nous faudra voir ce que nous allons faire». L'autre objectif de Mme Merkel est de tenter de convaincre le président américain que l'accord sur le nucléaire iranien doit être préservé, faute de quoi Téhéran pourrait reprendre sa quête de l'arme atomique et provoquer une course à l'armement dans une région instable.

Mais à l'approche de la date-butoir du 12 mai, les signaux sont peu encourageants. Le président républicain semble se préparer à «déchirer» ce texte négocié par son prédécesseur démocrate Barack Obama.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion