Territoires en France – Metz accède au statut de métropole

Publié

Territoires en FranceMetz accède au statut de métropole

METZ - L'Assemblée nationale a donné jeudi son aval, dans un consensus rare, à la création de sept nouvelles métropoles, dont celle de Metz.

Pour le président de la communauté d'agglomération de Metz, Jean-Luc Bohl, il était important pour l'entité mosellane d'imiter la communauté urbaine du Grand Nancy, qui a accédé au statut de métropole, le 1er juillet dernier.

Pour le président de la communauté d'agglomération de Metz, Jean-Luc Bohl, il était important pour l'entité mosellane d'imiter la communauté urbaine du Grand Nancy, qui a accédé au statut de métropole, le 1er juillet dernier.

Twitter Metz Métropole

À la fin de l'examen du projet de loi «relatif au statut de Paris et à l'aménagement métropolitain», les députés ont voté l'article afin que les métropoles de Saint-Étienne, Toulon, Orléans, Dijon, Tours, Clermont-Ferrand et Metz rejoignent les 15 métropoles déjà existantes (Bordeaux, Lille, Rennes, Aix-Marseille, ou encore Lyon).

La mesure permettra, selon le ministre des Collectivités, Jean-Michel Baylet, «de mailler, de manière cohérente, l'ensemble du territoire d'un réseau de métropoles». La promotion de Metz (comme celle de Nancy votée cette année) résonne comme un rééquilibrage de la prise du pouvoir de Strasbourg dans la région Grand Est.

Le ministre radical de gauche, qui était initialement défavorable à ces créations, a dit avoir été convaincu ces derniers mois par les élus. Dans l'hémicycle, où siègent de nombreux élus locaux, le vote a suscité de vibrants satisfecit à gauche et à droite. Les seules voix discordantes ont été celles de l'élue Front de Gauche, Jacqueline Fraysse, et de l'apparenté PS, Jean-Luc Laurent, qui se sont dits inquiets pour l'«aménagement du territoire».

Le gouvernement battu sur ses amendements

La première n'est «pas sûre que ces dispositions répondent à tous les espoirs de ces élus». La création de ces 7 métropoles avait été supprimée par le Sénat, à majorité de droite, où l'ensemble du texte avait été adopté début novembre. Le projet initial du gouvernement prévoyait la création de quatre métropoles (Saint-Étienne, Toulon, Orléans et Dijon). Les trois autres ont été ajoutées en commission à l'Assemblée. Les députés ont en outre validé la création de la collectivité à statut particulier «Ville de Paris», mettant fin au double statut ville-département de la capitale.

Face aux interventions détaillées et en grand nombre d'élus parisiens, le député écologiste de Loire-Atlantique François de Rugy, qui présidait la séance, a dit qu'ils étaient «ici à l'Assemblée et non au Conseil de Paris». Au cours de la matinée, le gouvernement avait été battu une dizaine de fois sur ses amendements, notamment celui concernant la Société du Grand Paris, pour laquelle la ministre du Logement a plaidé en vain qu'il ne fallait pas aller à l'encontre des textes européens ou nuire à certaines PME.

La métropole d'Aix-Marseille-Provence a aussi suscité quelques bras de fer. L'ensemble du projet de loi fera l'objet d'un vote solennel mardi en première lecture.

(L'essentiel/afp)

Plus de 250 000 habitants

Metz, comme Tours et Clermont-Ferrand, doit sa promotion à une série d'amendements facilitant les conditions d'obtention du statut de métropole. La ville lorraine compte ainsi plus de 250 000 habitants dans le périmètre étudié et constitue le centre d'une zone d'emplois de plus de 500 000 habitants, conditions indispensables pour pouvoir prétendre au statut de métropole.

Ton opinion