Ligue 1 – Metz s'attend à des départs mais veut garder sa pépite

Publié

Ligue 1Metz s'attend à des départs mais veut garder sa pépite

Au lendemain de la fin du championnat, le président du FC Metz, Bernard Serin, a fait le point sur le mercato estival. Le départ de Boulaya est presque acté. Pas celui de Sarr.

Bernard Serin veut conserver Pape Matar Sarr.

Bernard Serin veut conserver Pape Matar Sarr.

Le FC Metz a bouclé cette saison de Ligue 1 avec une très honorable 10e place au classement. Malgré une fin de saison plus compliquée, le contrat est largement rempli pour le club lorrain, qui a dû faire face à de nombreuses blessures. Dans ce contexte, plusieurs joueurs performants vont être sollicités durant le mercato estival.

Présent en conférence de presse lundi, Bernard Serin a fait le point sur la situation en ne masquant pas «l'obligation de réaliser des plus-values» sur les transferts. Le fiasco du diffuseur Mediapro est passé par là, le Covid aussi, et les pertes sont évaluées à 31 millions d'euros. Ainsi, le président du FC Metz s'attend à des départs. «Le souhait est de garder tout le monde. Mais on ne maîtrise pas tout. Une proposition très élevée fait que vous avez du mal à convaincre un joueur de rester».

«Recruter malin et un peu vieillir l'équipe»

Le latéral gauche Thomas Delaine ou encore le défenseur Kiki Kouyaté pourraient également avoir des propositions d'autres clubs, estime Bernard Serin, qui s'est montré plus rassurant sur le cas Pape Matar Sarr. La pépite sénégalaise affole déjà le mercato avec des convoitises venues de grands clubs anglais notamment (Manchester United, Chelsea). Un transfert à 31 millions d'euros a été évoqué par la presse britannique. Une somme qui règlerait la plupart des soucis financiers du club messin...

Mais le président Serin a l'intention de conserver son joyau: «Tous les clubs le veulent maintenant pour l'acheter moins cher. Nous sommes dans la situation inverse, on veut le garder encore un peu», a-t-il déclaré. Une prise de position qui fait écho à la volonté de l'entraîneur Frédéric Antonetti, de continuer à développer l'immense potentiel de l'international sénégalais: «Laissez-le tranquille, laissez-le grandir, il a encore beaucoup de progrès à faire», avait-il déclaré il y a un mois.

L'entraîneur corse qui a prolongé l'aventure en Lorraine s'est par ailleurs montré «très inquiet sur les six blessés de longue durée qui n'ont pas retrouvé leur niveau» au cours de la saison (Vagner, Pajot, N'Doram, Niane, Tchimbembé, Nguette). «Pour moi, le premier paramètre sera de remettre ces six-là en bonne santé, sinon on aura de grosses difficultés», a poursuivi le technicien qui estime qu'il faudra «recruter malin et un peu vieillir l'équipe», pour apporter davantage d'expérience.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Serin contre la Ligue 1 à 18 clubs

Metz a voté contre la réforme visant à faire passer la Ligue 1 et la Ligue 2 de 20 à 18 clubs. «Je ne vois pas comment je pourrai soutenir un projet qui mettrait en faillite quatre présidents sur quarante», a justifié Bernard Serin, qui avertit sur le risque d'avoir «des régions sans club professionnel». Le président du FC Metz estime que la situation française n'est pas comparable à celle de l'Allemagne (ndlr: la Bundesliga compte 18 clubs) tout en rappelant que l'Angleterre et l'Espagne ont également une première division à 20 clubs.

Ton opinion