Football – Champions League – Meunier se défend contre sa fausse «enculada»

Publié

Football – Champions LeagueMeunier se défend contre sa fausse «enculada»

Le défenseur belge du Paris Saint-Germain a été pris à partie sur les réseaux sociaux à cause d'un article de «Football France», le site parodique de «France Football».

Les sites d'information humoristique pullulent sur Internet depuis quelques années, dans le sillage du désormais célèbre «Gorafi». Le monde du sport n'échappe pas non plus aux parodies de ces faux médias. S'inspirant du magazine spécialisé (et sérieux) France Football, le site «Football France» s'amuse ainsi à semer la zizanie et à essayer de faire rire les internautes avec ses parodies. Qui ne manquent pas de tromper certains lecteurs non avertis, qui se laissent parfois prendre au piège. Il faut dire qu'entre «France Football» et «Football France», il y a de quoi se planter si on n'est pas attentif!

C'est justement ce qui s'est produit dans le cas de Thomas Meunier. L'arrière belge du PSG ne s'est pas lui-même fait avoir, puisqu'il semblait connaître l'existence du site parodique, mais en faisant l'objet d'un faux article, il a été contraint de se justifier auprès de ceux qui avaient pris ses propos pour la réalité. «Les attaques de Metz, Nancy et Lorient nous ont donné plus de difficultés que le FC Barcelone. Alors quand j'entends sans cesse parler de remontada, je me marre. La seule chose qu'ils vont avoir, c'est l'enculada. Et j'ai même ramené de la vaseline pour les aider à faire passer la pilule», déclarait prétendument Meunier avant le fameux match Barcelone-PSG, de mercredi soir, en Champions League.

Payet avant Meunier

Or, ces propos n'étaient évidemment que fiction. Ils ne sont jamais vraiment sortis de la bouche du joueur parisien. Ce que n'ont pas compris de nombreux lecteurs, qui n'ont pas hésité à s'en prendre à Thomas Meunier via les réseaux sociaux. Pour empêcher la polémique d'enfler, le Belge a pris la peine de rédiger un petit commentaire sur Twitter: «À ceux étant dénués d'humour, de logique, voire de beaucoup plus, les mots «enculada», «branlée» ou même «vaseline» ne sont pas de moi!»

Pas sûr que ça suffise à calmer les plus excités, mais au moins c'est dit. À noter que même certains médias se font parfois berner par «Football France». En janvier, le quotidien portugais A Bola avait repris sans se méfier un faux article dans lequel le joueur français Dimitri Payet menaçait de s'automutiler s'il n'était pas transféré rapidement de West Ham à Marseille…

(L'essentiel/duf)

Ton opinion