Concert à la Rockhal – MGK, un rappeur à l’énergie rock
Publié

Concert à la RockhalMGK, un rappeur à l’énergie rock

ESCH-BELVAL - Le rappeur américain Machine Gun Kelly a livré un show de haut vol samedi, à la Rockhal.

Inutile de se cacher, de rester immobile dans l’ombre, car Machine Gun Kelly est du genre à aller chercher son public. «Je veux voir toutes les mains en l’air!», s’écriait-il, tout en arrosant le public avec des gobelets de bière. «Pourquoi vous vous taisez entre les morceaux? Ce n’est pas une bibliothèque ici, mais une salle de concert!», assénait-il plus tard.

Si le rappeur ne ménage pas son public, c’est que lui se donne à 200 % sur scène. Et pour son show, l’Américain était épaulé par un DJ, un batteur, un claviériste, un bassiste et un guitariste, ainsi qu’un autre rappeur.

Un set monstrueux

Debout sur l’estrade disposée sur le devant de la scène, rien n’était de trop, entre sauts de cabris et lancers de micro. MGK tombait le blouson, puis la chemise, et enfin le débardeur, arborant un torse presque tout tatoué. Le rappeur de Cleveland, passé par l’école Eminem, balançait son flow mitraillette, soutenu par des beats secs et des riffs rock.

Son rap était souvent couplé à des refrains pop, sur «Spotlight», sur son hit «Invincible» ou sur le récent «Gone». Une formule qui a d’ailleurs fait ses preuves depuis le duo Eminem/Dido. Et le rock occupait une place centrale, de la fusion de «Bad Mother Fucker» à la reprise de Blink 182 («All The Small Things»), guitare en main. L’incendiaire «Wild Boy» et «Till I Die», lors d’un final explosif, parachevaient un set monstrueux mené par un MGK sachant aisément allier l’énergie du rap et du rock.

(Cédric Botzung/L'essentiel)

Ton opinion