Justice en Belgique – Michelle Martin rencontrera le père de Julie
Publié

Justice en BelgiqueMichelle Martin rencontrera le père de Julie

Le tribunal d'application des peines a autorisé, jeudi, l'ex femme de Marc Dutroux à parler avec Jean-Denis Lejeune, père de l'une des victimes du pédophile belge.

Jean-Denis Lejeune, père de Julie, pourra rencontrer Michelle Martin afin d'avoir «des réponses qui n'ont pas été données lors du procès».

Jean-Denis Lejeune, père de Julie, pourra rencontrer Michelle Martin afin d'avoir «des réponses qui n'ont pas été données lors du procès».

AFP

Alors que Marc Dutroux souhaite vendre ses confessions aux médias, Michelle Martin, elle, a demandé à rencontrer Jean-Denis Lejeune, l'un des membres des familles de victimes. Une démarche que le père de la petite Julie avait dans un premier refusé, avant de changer d'avis, justifiant sa démarche par «la recherche des réponses qui n'ont pas été données lors du procès», en 2004.

Réglementée par la loi belge sous le terme de médiation, cette rencontre devait toutefois être validée par le tribunal d'application des peines, en charge du suivi de la complice du pédophile belge. Une demande validée ce jeudi en raison de l'accord des deux parties. Cette rencontre, qui se déroulera au sein du couvent des sœurs Clarisses de Malonne où réside Michelle Martin, se fera au travers de l'ASBL «Médiante», spécialisée dans les médiations entre auteurs et victimes d'infraction. La date de la rencontre n'a pas été précisée.

Pour rappel, l'ex-femme de Dutroux avait été condamnée à trente ans de réclusion en 2004 pour association de malfaiteurs impliquée dans des enlèvements et séquestration d'enfants. Elle a été libérée le 28 août dernier.

(Jmh/L'essentiel Online)

La poudre blanche n'était pas de l'anthrax.

La première des deux enveloppes contenant une poudre blanche suspecte reçues ces derniers jours au couvent belge où séjourne Michelle Martin, ne contenait pas d'anthrax, a indiqué jeudi la justice belge. «Les résultats de la première enveloppe sont négatifs», a indiqué le procureur de Namur (sud), Philippe Dulieu, sans donner plus de détails. Les résultats des analyses concernant la seconde enveloppe pourraient être connus plus tard, selon le procureur cité par l'agence Belga.

Ton opinion